L'ourse Viviane "est revenue de congés"

  • A
  • A
L'ourse Viviane "est revenue de congés"
@ Capture d'écran - site de la réserve africaine de Sigean
Partagez sur :

Sa cavale de deux semaines a pris fin dimanche. Sa disparition avait provoqué un branle-bas de combat.

L'INFO. "Elle est revenue de congés. Elle avait posé 14 jours et ça y est, elle est revenue!". Le porte-parole de la réserve animalière de Sigean, dans l'Aude, Gabriel de Jésus, ne cache pas sa joie de voir revenir l'ourse Viviane. La pensionnaire s'était échappée il y a deux semaines et depuis, les recherches étaient restées vaines. L'ourse a finalement été retrouvée à quelques kilomètres à vol d'oiseau au nord de la réserve, là où elle avait été signalée au lendemain de sa disparition.

Repérée par un pêcheur. Viviane "a été signalée samedi en fin de soirée aux alentours de 22 heures à Gruissan par un pêcheur. La gendarmerie nous a contacté et une équipe de la réserve s'est rendue sur place. Là, elle a été anesthésiée aux alentours de 1 heure du matin dimanche", a raconté le porte-parole de la réserve animalière de Sigean. La femelle fait partie d'un groupe d'ours du Tibet que la réserve accueille depuis 1974. Ces ours noirs se distinguent par un dessin de poils blancs en forme de V sur la poitrine. Viviane est née à Sigean en 1982 et pèse actuellement 130 kilos pour 1,60m debout.

Ni amaigrie, ni stressée. "Elle n'a pas maigri! Elle est bien portante. Elle va très bien. Par contre, elle très fatiguée parce qu'elle est encore sous le coup des produits anesthésiants. On l'a isolée dans la nurserie", se félicite Gabriel de Jésus. "Nous sommes très soulagés. elle est en bonne santé, elle n'est pas blessée, elle est bien portante, pas du tout stressée", note encore le porte-parole de la réserve, qui préfère parler de vacances plutôt que de cavale.

Une cavale de quinze jours. Viviane avait quitté son enclos de la réserve africaine de Sigean le dimanche 23 juin, vers midi. "Il est possible qu'elle ait refusé les avances des mâles actuellement en rut et ait voulu s'éloigner", avait avancé Jean-Jacques Boisard, le président de la réserve, pour expliquer la fuite de Viviane, qui a eu plusieurs portées mais n'a plus eu d'ourson depuis 2008.

Des recherches vites abandonnées. Sa disparition avait provoqué le branle-bas de combat dans le secteur, la préfecture décidant de fermer temporairement la réserve pour optimiser les recherches et dissuader les curieux. Un important dispositif de recherches avait également été mis en place : hélicoptère en appui, des gendarmes avaient ratissé cette région d'étangs pendant plusieurs jours, relayés la nuit par une trentaine de militaires dotés de lunettes de vision nocturne. Ces recherches, coûteuses, avaient été abandonnées au bout de cinq jours : Viviane n'était pas considérée comme dangereuse et une équipe était prête à intervenir à tout moment en cas de témoignage crédible.