L'ossuaire de Douaumont profané

  • A
  • A
L'ossuaire de Douaumont profané
@ MAXPPP
Partagez sur :

Des crânes et des ossements auraient été volés. Une enquête est en cours.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l'Ossuaire de Douaumont, érigé pour recueillir les restes des soldats inconnus de la première guerre mondiale, dans la Meuse, a reçu une visite pour le moins surprenante. Après avoir escaladé les grilles du chantier de rénovation en cours, des individus se sont introduits dans le monument. Ils ont ensuite fait fondre le plexiglas de quatre vitres de 40 cm2 permettant d'apercevoir les dépouilles, afin de s'introduire dans les caveaux de l'ossuaire.

"Les auteurs ont fait fondre le plexiglas au chalumeau", a expliqué le procureur, rappelant au passage que c'est en 1966 que les vitres avaient été ouvertes pour la dernière fois, lors d’une visite du général De Gaulle, d'après le Républicain Lorrain.

Un possible trafic de crânes

"Nous ne savons pas encore exactement ce qui a été dérobé, probablement des crânes et des ossements", a indiqué le procureur de Verdun, Yves Le Clair. "Le préjudice est pour l’instant inconnu", a-t-il ajouté. Cependant, il pourrait s'agir d'un trafic d'objets liés à la grande guerre, en plein essor sur Internet, où l'on peut acquérir des crânes et des ossements datant de 1914-1918. "L'intérêt de voler des crânes, malheureusement tout se vend aujourd'hui, il y a également des ventes de crânes, tous les objets qui concernent la première guerre mondiale, ont des coûts qui augmentent. Un objet lié à la première guerre mondiale, est aujourd'hui un objet qui se vend bien", a expliqué Serge Barcellini, le directeur de la mission histoire au Conseil général de la Meuse, au micro d'Europe 1.

Des enquêteurs de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale de Rosny-sous-Bois  ainsi que des techniciens en investigation criminelle ont été dépêchés sur place de retrouver des traces d'ADN pour identifier les visiteurs. Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, était, quant à lui, attendu dans l’après-midi.