L’Oréal rompt avec François-Marie Banier

  • A
  • A
L’Oréal rompt avec François-Marie Banier
@ MAX PPP
Partagez sur :

Cause invoquée par le groupe de cosmétiques : le "bruit médiatique" de l'affaire Bettencourt.

Chaque année, depuis 2002, François-Marie Banier, l’ami de Liliane Bettencourt, touchait quelque 700.000 euros, via un accord signé directement avec L’Oréal. Mais les versements vont cesser : le groupe de cosmétiques a annoncé lundi, lors d’un comité central d’entreprise, avoir rompu le contrat qui le liait au photographe.

Trop de "bruit médiatique"

En cause, selon L’Oréal : "le bruit médiatique qui s'est développé autour de François-Marie Banier". Il "rendait la poursuite [des contrats] préjudiciable" au groupe de cosmétiques.

Cette décision de la direction de L’Oréal fait aussi suite à la plainte d’un petit actionnaire déposée contre cet accord rendu public fin juillet et qui devait courir à l’origine jusqu’en 2011. Une plainte que le directeur général de L'Oréal, Jean-Paul Agon, avait jugée "infondée", début septembre, sur Europe 1.

Deux types de contrat existaient entre François-Marie Banier et L’Oréal : une "convention de parrainage", qui liait l'œuvre de l'artiste à l'image de L'Oréal, et un "contrat de prestations" qui faisait de François-Marie Banier un conseiller pour L'Oréal, spécialiste de la mode et de la sensibilité artistique.

Des indemnités pour Banier ?

Reste encore à déterminer si la rupture prématurée de contrat donnera lieu à des indemnités pour François-Marie Banier. L'Oréal n'a pas souhaité communiqué sur ce point qui inquiète déjà les syndicats.

A la mi-juillet, Liliane Bettencourt avait déjà pris ses distances avec François-Marie Banier, poursuivi pour abus de faiblesse, en changeant son testament et en privant le photographe du titre de légataire universel qui lui donnait autorité sur la gestion de l’héritage. Liliane Bettencourt "a assez donné sans aucun doute à François-Marie Banier", avait alors commenté son avocat, Me Kiejman.

>> Vous avez raté un épisode de l’affaire ? Séance de rattrapage avec europe1.fr