L’hospitalisation psychiatrique retoquée

  • A
  • A
L’hospitalisation psychiatrique retoquée
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les proches d’un malade ne pourront plus décider de la prolonger, sans autorisation d’un juge.

L’hospitalisation d'office pour troubles mentaux d'une personne est en partie contraire à la Constitution française qui garantit les droits et libertés des citoyens. Le Conseil constitutionnel a rendu, pour la première fois, une décision sur les droits et libertés des malades mentaux.

Elle concerne l’hospitalisation d’office en établissement psychiatrique d’une personne, sans son consentement, et sur demande d’un proche. Plus de la moitié des 62.155 patients hospitalisés sans consentement, dont la durée de séjour dépasse les deux semaines, sont concernés par cette mesure.

Un juge pour décider de la suite

Les Sages ont estimé qu’au-delà de quinze jours, le prolongement de l’hospitalisation ne pourrait se faire sans l’intervention d’un juge. Dans les faits, les Sages ont censuré l'article du Code de la santé publique régissant le maintien de l'hospitalisation sans consentement à la demande d'un tiers (HDT).

Le Conseil a jugé qu’il était opposé à l’article 66 de la Constitution et qui exige que toute privation de liberté soit placée sous le contrôle de l'autorité judiciaire, "gardienne de la liberté individuelle". C’est le cas aujourd’hui pour la garde à vue ou la rétention administrative des étrangers : passé un délai de 48h, la prolongation de la privation de libertés ne peut se faire que sur décision judiciaire.

Pas avant août prochain

D’autre part, les Sages ont également estimé que prolonger l’hospitalisation psychiatrique, après 15 jours passés au sein de l’établissement, seulement sur la base d'un simple certificat médical est, selon eux, contraire à la Constitution. C’est pourquoi le Conseil a jugé que le maintien de l’HTD devait également être soumis à un régime de confirmation.

L'intervention systématique d'un juge devra être effective à partir du 1er août 2011. Le gouvernement s'est "engagé" à mettre en oeuvre la décision de la Haute Assemblée avant cette date, ont annoncé vendredi dans un communiqué commun le Garde des Sceaux et les ministres de l'Intérieur et de la Santé. Le Parlement a donc huit mois pour voter un texte. Il devra intégrer les modalités de l'intervention du juge, que le Conseil n’a pas souhaité définir, estimant que cela "relève de la compétence du législateur".

Le Conseil constitutionnel avait été saisi par une patiente, dans le cadre de la procédure de la question prioritaire de constitutionnalité.