L’hortensia, un substitut du cannabis ?

  • A
  • A
L’hortensia, un substitut du cannabis ?
@ victoriaro/stockxchange
Partagez sur :

STUPÉFIANTS - L’hortensia serait la nouvelle drogue en vogue chez les fumeurs en herbe.

Le phénomène vient d’Allemagne où la plante à la mode est l’hortensia, et pas pour la beauté de ses fleurs, mais pour ses effets euphorisants, voire psychotropes. Cet arbuste serait devenu le nouveau graal des fumeurs en herbe outre-Rhin et la tendance se serait même exportée en France, selon un reportage de France 3. A Hucqueliers, dans le Pas-de-Calais, deux plaintes ont été déposées pour vol et une enquête de gendarmerie est en cours pour trouver les pilleurs qui ont ravagé les massifs d’hortensia dans les jardins. A l’instar du cannabis, l’hortensia serait fumé séché, mais sa consommation a l’avantage d’être légale. Entre effet de mode, légende urbaine, substitution au cannabis et poison en puissance, Europe1.fr fait le tri.

>> A lire aussi : Ces nouvelles drogues qui défraient la chronique

L’hortensia, une plante toxique. L’arbuste qui fait la joie des jardiniers peut se révéler dangereux à en croire Kurt Hostettmann, professeur honoraire de pharmacologie aux Universités de Lausanne et de Genève. Très alarmiste, le docteur spécialiste des plantes assure dans une interview au journal suisse Le Matin qu’"il est strictement déconseillé de fumer les parties aériennes séchées de cette plante. Ses effets secondaires sont très néfastes pour la santé: troubles gastro-intestinaux, problèmes respiratoires, accélération du rythme cardiaque, étourdissements". En effet, dans les feuilles et les fleurs de l’hortensia coule, en infime quantité, de l’acide cyanhydrique. Autrement dit du cyanure très dilué, un poison connu et mortel s’il est administré en grande quantité. Il était le principe actif du Zyclon B, le produit utilisé par les nazis dans les chambres à gaz pour exterminer les prisonniers des camps de concentration.

Hortensia

Un danger pour la santé encore difficile à établir. Toutefois, il faudrait consommer de très importantes quantités d’hortensia pour réellement mettre sa vie en danger, sauf en cas de réaction allergique. La présence d’acide cyanhydrique n’impressionne pas Nicolas Authier qui rappelle qu’"on ignore dans quelle mesure le consommateur est exposé à cet acide et la quantité qui passe dans le sang lors de la combustion". De plus, "il y’a de l’acide cyanhydrique dans les cigarettes et même ceux qui en consomment entre 20 et 30 par jour ne tombent pas à la fin de la journée, tout dépend donc des quantités contenues dans l'hortensia", développe le professeur. Or, actuellement, "il n’y a rien de particulier qui circule sur le réseau national d’addictovigilance", assure à Europe1.fr Nicolas Authier. Et aucune publication scientifique sérieuse ne fait mention de "risques avérés liés à la consommation d’hortensia". Les centres anti-poison du Rhône et du Nord Pas-de-Calais, joints par Europe1.fr, n’ont pas enregistré de cas d’empoisonnement ou d’intoxication liés à cette plante. Des sources médicales du CHRU de Lille assurent également qu’aucun cas d’intoxication par l’hortensia n’a jamais été enregistré.  

>> A lire aussi : La drogue envahit le monde du travail

Bananes 930x620

Un mythe urbain ? De manière cyclique, de nouvelles drogues apparaîtraient. Les pelures de bananes séchées, la sauge, les clous de girofle etc. font partie des plantes légales qui procureraient des effets similaires à des drogues synthétiques. "Ce type de pratique est chronique et fonctionne grâce au bouche-à-oreille, ça s’apparente aux légendes urbaines et il y a certainement un effet placebo dans sa consommation", explique l’addictologue. Selon Thierry Buclin, pharmacologue au Centre hospitalier universitaire vaudois, cette mode n’est "pas destinée à un succès prolongé. Par le passé, on a eu des modes plus inquiétantes, comme des plantes apparentées à la belladone. Cette plante elle-même a d’ailleurs disparu des jardins, entre autres à cause du risque d’intoxication accidentelle ou volontaire. Les jardiniers savent qu’il faut les éviter dans les jardins publics".

sur le même sujet, sujet,
 

ZOOM - Légaliser le cannabis, ça peut rapporter gros

L'INFO - Les Etats-Unis découvrent leurs premiers "coffee shops"

SANTÉ - Bientôt un médicament contre l'addiction au cannabis ?

EN PHOTOS - Jesse, premier sur la marijuana du Colorado