L'hommage de Hollande aux soldats tués

  • A
  • A
L'hommage de Hollande aux soldats tués
Le président de la République a prononcé jeudi l'éloge funèbre des 4 soldats morts samedi en Afghanistan.@ REUTERS
Partagez sur :

Le président de la République a prononcé jeudi l'éloge funèbre des 4 soldats morts samedi.

Après sa visite express en Afghanistan, François Hollande a une nouvelle fois endossé jeudi son costume de chef des armées,mais dans des circonstances plus tragiques cette fois. Le chef de l'Etat a présidé dans la matinée l'hommage national rendu aux quatre soldats français tués samedi dernier en Afghanistan. Il a prononcé l'éloge funèbre dans la cour des Invalides avant de les faire chevaliers de la Légion d'Honneur à titre posthume.

Un hommage aussi "à celles qui restent"

L'hommage a débuté par une courte cérémonie religieuse en la cathédrale Saint-Louis des Invalides. L'évêque aux armées, Mgr Ravel, a salué leur mémoire mais aussi rendu hommage "à celles qui restent, mères, soeurs, compagnes, des soldats".

Puis les cercueils ont été transportés dans la cour des Invalides où François Hollande leur a rendu hommage. "Ces quatre Français sont morts en soldats. Ce métier n'est pas comme les autres, il est fait de sacrifice. Il exige du dévouement, il recommande du courage", a déclaré François Hollande. "Ils sont morts pour des valeurs justes et haute, celle de la paix, celle de la liberté, celle de la démocratie, les valeurs de la France", a-t-il poursuivi.

"Mourir pour la France, c'est vivre à jamais dans le cœur des Français"

"Mourir pour la France, c'est vivre à jamais dans le cœur des Français. Nous ne vous oublierons pas. Chacun avait un nom, un visage, une famille", a encore dit François Hollande, avant d'évoquer le souvenir de chacun des soldats. "Votre souvenir ne nous quittera pas", a-t-il assuré. "La France, comme une famille endeuillée, se retrouve aujourd'hui autour du cercueil de quatre de ses enfants. La France sera digne de leur mémoire", a conclu le président.

Le chef de l'Etat a par ailleurs redit que l'attentat qui a coûté la vie à ces quatre hommes ne remettait pas en cause sa décision de retirer d'ici à la fin de l'année les troupes combattantes françaises présentes en Afghanistan. Leur départ commencera "dans les prochaines semaines" et s'achèvera avant la fin de l'année "dans l'ordre et la sécurité". "J'y veillerai et je m'y engage", a-t-il dit.

Sarkozy, Giscard d'Estaing, Villepin et Cresson

Selon le protocole, François Hollande avait convié les anciens chefs d'Etat et de gouvernement de la Ve République à se joindre aux cérémonies. Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d'Estaing étaient ainsi présents. Du côté des anciens chefs de gouvernement, on a pu voir Dominique de Villepin, Lionel Jospin, Alain Juppé ou encore Edith Cresson. L'ensemble du gouvernement actuel a également assisté à l'hommage, ainsi que de nombreuses personnalités du monde politique, comme Gérard Larcher, le président du Sénat, Martine Aubry, la Première secrétaire du PS ou encore Jean-Marie Le Pen, le président d'honneur du Front national.