L'exploration du pétrole de schiste inquiète

  • A
  • A
L'exploration du pétrole de schiste inquiète
Pour les manifestants, l'exploration du pétrole de schiste en Seine-et-Marne est "une catastrophe programmée".@ MaxPPP
Partagez sur :

Un manifestation a réuni plusieurs milliers de personnes samedi en Seine-et-Marne.

Ils craignent "une catastrophe programmée". La mobilisation contre l'exploration du pétrole de schiste sur la commune de Doue a mobilisé de 1.500 à 3.000 personnes samedi à Doue, en Seine-et-Marne. "Notre or: notre eau", "Non à la pollution, non à la loi du fric", ou encore "Toreador casse-toi, pauv'con", clamaient les banderoles des manifestants, qui scandaient des slogans hostiles à la compagnie pétrolière américaine Hess et à la société indépendante Toreador. L'ancien ministre de l'Environnement Jean-Louis Borloo, qui a accordé les permis d'exploration aux deux sociétés, en a également pris pour son grade.

Pour Philippe Le Corneur, porte-parole du collectif "Stop pétrole de schiste 77", la dangerosité de la technique de forage envisagée va contribuer à "la destruction du paysage" et pourrait être à l'origine de maladies. "L'expérience des Etats-Unis, montre que la fracturation hydraulique comporte beaucoup de risques sur la santé et l'environnement", a renchéri Sylvain Trottier, de Greenpeace France.

"Pas question de laisser faire le forage"

"Les multinationales essayent de transformer nos terres en dollars", a protesté José Bové, député européen d'Europe Ecologie. "Il n'est pas question de laisser faire le forage à Doue", a-t-il martelé, promettant des actions juridiques et des combats "non violents" contre les prospections du pétrole. Les manifestants étaient réunis à l'appel d'associations de défense de l'environnement et de partis politiques. Ils se sont rassemblés durant deux heures près de l'église de Doue, avant de se rendre sur le lieu prévu du forage.

Cette prospection de pétrole "n’est ni dangereuse ni destructrice de l’environnement", ont affirmé les sociétés Hess et Toreador dans une lettre adressée aux habitants de Doue et transmise vendredi à l'AFP. Elles prévoient toujours d'effectuer un forage après le 15 avril, disaient-elles, bien que le conseil municipal de Doue ait voté le 3 mars une motion demandant de surseoir au projet d'exploration "d'hydrocarbures de schistes".