L'expertise qui accable le médecin de Johnny

  • A
  • A
L'expertise qui accable le médecin de Johnny
@ MAXPPP
Partagez sur :

Tandis que le JDD publie des extraits du rapport, l'avocat de Delajoux livre sa version de l'expertise.

Soixante-quatre pages pour un rapport "accablant" pour Stéphane Delajoux. Une expertise médicale portant sur l'évaluation les problèmes de santé post-opératoires de Johnny Hallyday charge le chirurgien de la star, révèle dimanche

RAPPORT Delajoux
.

Le silence de Delajoux en cause

L'opération d'une hernie discale, dont il est question dans le rapport, avait eu lieu le 26 novembre 2009.

"C'est l'opération du Dr Delajoux, et surtout les silences de ce dernier, après l'intervention, qui semblent être à l'origine des gravissimes complications du chanteur", indique le Journal du Dimanche qui poursuit : "Le Dr Delajoux n'a pas informé que, lors de son intervention, il avait causé une brèche dans "la dure-mère" du chanteur, les méninges, provoquant des pertes de liquide céphalo-rachidien".

"Ce n'est pas une faute en soi", mais "en cas de brèche dure-mérienne, il est recommandé de garder le patient au repos strict pendant quarante-huit heures pour favoriser la cicatrisation", assurent les experts cités par le journal. Or "un repos strict au lit n'a pas été prescrit" au chanteur, assènent ces experts, mandatés fin 2009 par la justice.

"Les manquements" du docteur

De plus, "la prise en charge de la fuite de liquide céphalo-rachidien n'a pas été conforme aux règles de l'art et aux données acquises par la science", estiment les experts cités par le JDD, qui concluent que "les manquements relevés à l'encontre du Dr Delajoux ont généré une perte de chance d'éviter la fuite du liquide céphalo-rachidien, et donc l'infection".

Temime monte au créneau

"Accablant" donc ? "Non" répond l'avocat du docteur Delajoux pour qui "dire que ce rapport est un rapport accablant pour mon client relève d'une simple opération de communication savamment orchestrée par des gens de l'entourage de Johnny Hallyday", insiste Me Temime, dimanche sur Europe 1.

"Alors que mon client a été traité de boucher, que l'opération a été qualifiée de massacre, les experts confirment que cette opération s'est déroulée dans les règles de l'art", a insisté l'avocat.

"Johnny a réellement failli mourir"

Après cette opération, Johnny Hallyday avait été admis en urgence le 7 décembre dernier à l'hôpital Cedars-Sinaï de Los Angeles pour une infection. Il avait alors été placé en coma artificiel à deux reprises.

Le JDD évoque un "choc, à la lecture de ces 64 pages" du rapport, car "Johnny a réellement failli mourir dans ces journées de décembre à Los Angeles".