L’exode rural appartient au passé

  • A
  • A
L’exode rural appartient au passé
@ MaxPPP
Partagez sur :

Tendance de fond de la société française depuis des décennies, l’exode rural s’inverse.

Le XXe siècle fut celui de l’exode rural, le XXIe pourrait être celui de la rurbanisation, le retour vers les campagnes. Entre 1999 et 2006, la population y a progressé de 0,7 % par an. La période noire de dépeuplement des zones rurales, entre 1962 et 1975, appartient donc au passé. Les espaces ruraux avaient alors perdu presque 800.000 habitants.

"Au 1er janvier 2006, selon cette nouvelle délimitation, 11 millions d’habitants de France métropolitaine vivent dans l’espace à dominante rurale. Entre 1999 et 2006, la population y a donc progressé de 0,7 % par an, une progression pour la première fois comparable à celle observée dans l’espace à dominante urbaine", indique la Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (DATAR).

Le village d’Orléat voit les nouveaux habitants affluer

A Orléat, un village du Puy de Dôme à 30 km de Clermont-Ferrand, les nouvelles maisons se multiplient : en l'espace d'à peine 10 ans, ce village a vu sa population grimper de 30%. 500 habitants supplémentaires sont venus s’installer, essentiellement des jeunes couples qui travaillent à Clermont-Ferrand.

Ces dernières années, Orléat s'est dotée d'une nouvelle école, d'une nouvelle épicerie, d'un système d'assainissement et même d'un étonnant pôle de santé. La structure est installée à l'extérieur du bourg dans des locaux que le maire Paul Alibert a rachetés en 1999.

Pour ce dernier, attirer de nouveaux habitants est "une fierté":

Les campagnes proches des centres urbains attirent le plus

Les campagnes proches de centres urbains sont les zones qui se repeuplent le plus. "La moitié de la croissance de la population de l’espace à dominante rurale se réalise dans des zones proches de 17 aires urbaines dynamiques", indique la Datar.

"A titre d’exemple, le rural des environs des aires urbaines de Perpignan, Montpellier, Nantes, Paris, Toulouse, Bastia, Nîmes cumule le quart de la croissance". A l’opposé "les communes des environs d’Aurillac, Limoges, Montceau-les-Mines, Montluçon, Guéret, Moulins, Ussel rassemblent le quart des pertes". Les zones rurales du nord, du nord-est et du centre de la France sont celles qui perdent le plus d’habitants.

La conclusion des Assises des territoires ruraux

Lancées en octobre 2009, les assises des territoires ruraux doivent se conclure mardi dans la région Centre par un discours du président de la République, accompagné de plusieurs ministres et secrétaire d’Etat. Parmi eux, le secrétaire d’Etat au Commerce, Hervé Novelli, qui est justement candidat UMP à la présidence du Conseil régional de la région Centre.