L'ex-producteur de Johnny jugé

  • A
  • A
L'ex-producteur de Johnny jugé
Le célèbre chirurgien poursuit l'ex-producteur de Johnny pour diffamation et injures
Partagez sur :

Jean-Claude Camus est poursuivi pour diffamation et injures par le Dr Delajoux.

Un (petit) air de rock'n'roll devrait résonner vendredi au tribunal correctionnel de Paris. L'ancien producteur de Johnny Hallyday, Jean-Claude Camus, y est poursuivi pour diffamation et injures par le Dr Stéphane Delajoux.  

>> A lire aussi - Le Dr Delajoux attaque Jean-Claude Camus

En novembre 2009, "Johnny" était passé sur la table d'opération du chirurgien pour hernie discale. Puis, quelques jours plus tard, le praticien avait dû intervenir une nouvelle fois. Le lendemain de cette seconde intervention, le chanteur avait pris l'avion pour Los Angeles contre l'avis du docteur. Une infection avait ensuite conduit à son hospitalisation en urgence et à une nouvelle opération.

>> A lire aussi - Johnny Hallyday en veut au Dr Delajoux

Le "massacre" du "boucher"

A l'époque des faits, Jean-Claude Camus avait confirmé dans les médias que l'opération du docteur Delajoux avait été qualifiée de "massacre" au Etats-Unis. Les chirurgiens américains, qui avaient opéré à leur tour le chanteur, avaient surnommé leur confrère français le "boucher", selon l'avocat de l'ancien producteur de la star, Me Daniel Vaconsin. Lorsqu'il avait appris les poursuites lancées contre lui par le Dr Delajoux, le producteur avait fait valoir qu'il n'avait que rapporté "des propos de la famille et de l'hôpital américain". Mais pour l'avocate du chirurgien,  Jean-Claude Camus a été le premier à employer ces termes  publiquement.

>> A lire aussi - Delajoux-Johnny : ce que dit le rapport

145.000 euros de dommages et intérêt

L'avocat du producteur s'étonne pour sa part des "sommes considérables" de dommages et intérêts, environ 145.000 euros, que demande le chirurgien. Un montant à la hauteur du préjudice lié aux répercussions de l'affaire et subi par le Dr Delajoux, répond de son côté l'avocate du chirurgien. "Ça va mieux, il s'en sort, mais ça été difficile, et pendant longtemps", précise le conseil.