L'ex-producteur de Johnny condamné

  • A
  • A
L'ex-producteur de Johnny condamné
L'ancien producteur de la star, Jean-Claude Camus, a été condamné vendredi à verser 7.500 euros de dommages et intérêts au docteur Stéphane Delajoux.@ MaxPPP
Partagez sur :

Attaqué pour diffamation, il devra verser de dommages et intérêts au Dr Delajoux.

Il avait utilisé le terme de "massacre" pour qualifier l’opération chirurgicale menée par le Dr Delajoux sur Johnny Hallyday. L'ancien producteur de la star, Jean-Claude Camus, a été condamné vendredi à verser 7.500 euros de dommages et intérêts au docteur Stéphane Delajoux.

"La condamnation générale de tout le système", selon Delajoux

Sur Europe1, Stéphane Delajoux a confié sa satisfaction vendredi soir. "A travers la condamnation de Jean-Claude Camus, c'est la condamnation générale de tout le système de communication qu'il y avait autour de Johnny Hallyday, qui avait été extrêmement violent, extrêmement mensonger", a estimé Stéphane Delajoux. "Tout a était truqué", a-t-il fait valoir.

"Tout était truqué", selon le docteur Delajoux :

"Un euro symbolique m'aurait parfaitement suffi", a précisé le docteur Delajoux, dont les avocats avaient demandé 145.000 euros de dommages et intérêts à l'ancien producteur de Johnny Hallyday.

Des propos tenus en 2009 après l'opération du chanteur

Jugé coupable de diffamation publique pour des propos tenus en décembre 2009 sur le site internet du Parisien, sur BFM TV, sur Europe 1 et RTL, Jean-Claude Camus a été condamné à une amende totalisant 7.000 euros par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Jean-Claude Camus devra en outre verser 7.500 euros de dommages et intérêts au chirurgien, et 4.000 euros au titre des frais de justice.

Johnny avait été opéré par le Dr Delajoux à Paris le 26 novembre 2009 pour une hernie discale. Le chirurgien avait dû intervenir de nouveau quelques jours plus tard sur la cicatrice du chanteur. Le lendemain, Johnny Hallyday avait pris l'avion pour Los Angeles, où une infection avait conduit à son hospitalisation en urgence et à une nouvelle opération.

Johnny connaissait les dangers, selon le chirurgien

Le chirurgien a affirmé avoir informé Johnny de ce qui s'était produit pendant l'opération et des dangers qu'il courait en voyageant. Selon lui, le chanteur a refusé "d'admettre que c'est sa propre conduite qui l'a mis en danger". De plus, à l'audience, en septembre dernier, Stéphane Delajoux a notamment expliqué que Johnny était "très alcoolisé" après l'opération et qu'il avait regretté de ne pas l'avoir placé sous anesthésie générale.

En février dernier, les avocats de Stéphane Delajoux et ceux de Johnny Hallyday avaient conclu un accord pour mettre un terme au différend et à l'action engagée par le chanteur et ses assureurs contre le chirurgien.