L’Etat passe en revue ses digues

  • A
  • A
L’Etat passe en revue ses digues
@ REUTERS
Partagez sur :

Après Xynthia, l'Etat mobilise 500 millions dans le "Plan digues" pour rénover les plus fragiles.

500 millions d’euros pour consolider les digues françaises et éviter toute nouvelle catastrophe de type Xynthia. C’est la somme qu’a prévu l'Etat pour le "Plan digues" présenté mardi en conseil des ministres par le ministre de l’Environnement Jean-Louis Borloo.

Ce plan prévoit le renforcement de 1.200 km de digues de protection contre les inondations fluviales et marines. Les travaux vont concerner non seulement les digues placées sous la responsabilité de l’Etat, mais aussi celles gérées par d'autres gestionnaires, y compris privés.

Un "Plan digues" en 6 points

Le plan identifie deux objectifs prioritaires: bannir l'urbanisation de zones potentiellement exposées pour ne pas aggraver le risque dans les zones à danger mortel et "mettre en sécurité des digues concernant des lieux densément habités".

Pour cela, six axes prioritaires ont été définis : "la réduction de la vulnérabilité dans les zones menacées" et le développement de réseaux d'alerte et de prévision, la consolidation des digues et systèmes de protection, l'organisation de la maîtrise d'ouvrage des digues selon des règles strictes, le renforcement des contrôles de sécurité et enfin le développement d'une "culture du risque".

Éviter un nouveau Xynthia

Les "propositions pour un plan de prévention des submersions marines et des crues rapides" sont profondément marquées par le souvenir de la tempête Xynthia, qui a frappé le 28 février le littoral Atlantique et provoqué la mort de 53 personnes. Les récentes inondations soudaines survenues dans le Var le 15 juin, qui ont fait 23 morts, ont aussi marqué les esprits.

Après validation par le conseil des ministres, ces propositions seront soumises à la concertation avec les partenaires techniques, régionaux et parlementaires et leur mise en oeuvre commencera "dès la fin 2010" dans les zones définies comme prioritaires.