L’Essentiel du week-end

  • A
  • A
L’Essentiel du week-end
@ Max PPP et Reuters
Partagez sur :

Vous avez débranché de l’info depuis vendredi ? Europe1.fr vous propose un résumé du week-end.

14.07.Hollande.Trierweiler.Reuters.930.620

© REUTERS

Hollande renoue avec l'interview du 14 juillet. Après avoir assisté au défilé militaire sur les Champs Élysée, le chef de l'État a donné une interview télévisée. François Hollande a notamment affirmé que le plan de suppression de 8.000 emplois chez PSA Peugeot Citroën était "inacceptable" et devait être "renégocié". Pour plus d'informations, cliquez ici.

Trierweiler s'explique sur l'affaire du tweet. Installée à la tribune d'honneur lors du défilé du 14 juillet, la compagne de François Hollande a fait un retour discret sur la scène médiatique ce week-end. Un mois après la publication de son message de soutien à Olivier Falorni, candidat dissident du PS opposé à Ségolène Royal, la Première dame de France a affirmé qu'elle ferait preuve de plus de prudence avant de tweeter. Pour plus d'informations, cliquez ici.

Madonna Marine Le Pen croix gammée

© Capture d'écran You Tube

Le FN veut porter plainte contre Madonna. La reine de la pop a projeté samedi, lors d'un concert au stade de France, le clip vidéo dans lequel apparaît Marine Le Pen affublée d'une croix gammée sur le front. Une vidéo que la chanteuse avait dévoilée pendant un concert à Tel Aviv en mai dernier. Florian Philippot, vice-président du FN, a annoncé dimanche au JDD.fr que son parti déposerait une plainte pour "injure". Pour plus d'informations, cliquez ici.

Violents combats à Damas. Des combats acharnés entre insurgés et forces de sécurité syriennes ont éclaté dimanche en plein jour dans plusieurs quartiers du sud de Damas. Il s'agit des combats "les plus violents" depuis l'éclatement de la révolte en Syrie. Samedi, des violences avaient fait 115 morts et Damas avait pourtant démenti l'existence d'un massacre. Pour plus d'informations, cliquez ici.

15.07 crevaison sur le tour de France. 930620

© REUTERS

Épidémie de clous sur le Tour de France. De nombreux coureurs ont été victimes de crevaisons dans la dernière partie de l'ascension du Mur de Péguère puis dans le tout début de la descente de ce col classé en 1re catégorie. Les responsables : des clous de tapissier jetés sur la route au sommet du col. Evans, le leader de l'équipe BMC, a d'ailleurs crevé dans les derniers mètres. Une information judiciaire a été ouverte dimanche pour mise en danger de la vie d'autrui. Pour plus d'informations, cliquez ici.