L'épreuve du concours était déjà en ligne

  • A
  • A
L'épreuve du concours était déjà en ligne
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les candidats au concours Ecricome ont planché sur un exercice dont le corrigé était déjà en ligne.

L'info. Ils attendent encore de savoir s'ils devront repasser ou non l'une des épreuves du concours. Les 1.200 candidats au concours Tremplin II d'Ecricome - un concours commun qui permet aux étudiants bac + 3 d'entrer directement en deuxième année de cinq écoles de commerce - ont en effet planché samedi sur une épreuve dont le corrigé figurait depuis quatre mois sur le site web du concours.

Le corrigé consulté pendant l'épreuve. "J'ai vraiment paniqué, je ne savais pas si c'était une erreur ou fait exprès. Autour de moi, personne ne réagissait. J'ai été troublée et j'ai eu beaucoup de mal à me mettre dedans", témoigne au micro d'Europe 1 Marina, l'une des candidates. L'étudiante dénonce également le comportement de certains de ses concurrents : "Il y en a plein qui sont sortis pendant l'épreuve pour consulter le corrigé aux toilettes. C'est un concours qui est national, qui vaut 400 euros, où tous les étudiants ont le droit d'avoir la même chance. Ça n'est pas normal."

Un exercice-type en ligne. L'épreuve d'analyse de texte était nouvelle. Il n'existe donc pas d'annales et c'est pour que les candidats puissent s'entraîner qu'Ecricome avait publié sur internet un exercice-type. Et c'est précisément celui-là qui s'est retrouvé devant les étudiants admet François Bonvalet, le directeur général d'Ecricome.

Une "erreur humaine". "Ça n'est pas la bonne épreuve qui a été envoyée chez l'imprimeur et dupliquée", explique-t-il sur Europe 1. "C'est un problème administratif, qu'on a identifié. On sait d'où ça vient et on lavera notre ligne sale en famille. Ça sera corrigé pour l'avenir. C'est une erreur humaine", a plaidé le directeur d'Ecricome.

En attendant, Ecricome étudie les suites à donner à cette affaire. "Nous nous livrons actuellement à un examen juridique très précis de cette affaire, en relation avec le ministère, pour déterminer ce qu'il convient de faire", détaille François Bonvalet. La direction devrait indiquer mardi ou mercredi si l'épreuve est maintenue ou si les 1.200 candidats devront la repasser.