Antilles : l'épidémie de chikungunya prend de l'ampleur

  • A
  • A
Antilles : l'épidémie de chikungunya prend de l'ampleur
@ maxppp
Partagez sur :

MALADIE - Six personnes sont décédées en Guadeloupe depuis décembre. Le risque de voir l’épidémie s’étendre à la métropole inquiète.

Le chikungunya fait des ravages aux Antilles. La maladie prend de telles proportions que la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé mercredi soir à Pointe-à-Pitre la prise en charge à 100% du traitement contre le chikungunya par l'Assurance-maladie. Elle a également annoncé la suppression des trois jours de carence qui frappaient les arrêts de travail même quand ils étaient liés à cette maladie. Et le risque épidémique inquiète jusqu’en métropole.

Qu’est que le chikungunya ? Le chikungunya est, comme la dengue, véhiculé par les piqûres de moustique tigre. La maladie se caractérise par de fortes fièvres et des douleurs articulaires parfois violentes, qui ont valu à ce mal l'appellation de "maladie de l'homme courbé". A l'instar de la grippe saisonnière, le "chik" peut être fatal pour les personnes affaiblies, mais il est le plus souvent bénin. Il n'existe pas de remède spécifique.

>> A LIRE AUSSI - Les Antilles se battent contre le chikungunya

Une forte épidémie aux Antilles. La maladie transmise par les moustiques a déjà "provoqué indirectement 33 décès chez les personnes âgées fragilisées, touché près de 100.000 personnes et donné lieu à 1.000 hospitalisations dans les départements français d'Amérique" depuis décembre, selon un bilan du ministère de la Santé. Et ces chiffres excluent les personnes qui ne sont pas allées consulter. L’épidémie progresse avec "5.000 nouveaux cas par semaine", selon les déclarations de Marisol Touraine. "L'épidémie qui sévit aux Antilles et en Guyane est un enjeu majeur de santé publique", souligne le ministère, alors qu’arrive la saison des pluies, propice à la multiplication des moustiques.

La période estivale risque de renforcer l'épidémie, souligne aussi Jean-François Lemoine :



Le chikungunyapar Europe1fr

>> A VOIR AUSSI - Le chikungunya

Plusieurs morts en Guadeloupe. Six décès "en lien avec le chikungunya" ont été enregistrés en Guadeloupe depuis le début de l'épidémie en décembre, mais un seul de ces décès "est directement lié à la maladie", celui "d'un sujet âgé chez qui l'infection a provoqué des vomissements et conduit à une infection pulmonaire mortelle", ont annoncé mardi l'Agence régionale de santé (ARS) de Guadeloupe et de l'Institut de veille sanitaire (InVS) dans un communiqué commun.

Un risque pour la métropole ? Les grandes vacances scolaires riment avec un afflux de quelque 400.000 personnes dans les Antilles-Guyane, majoritairement des ultramarins vivants en métropole qui viennent passer les congés en famille. Or, ces vacanciers peuvent revenir avec le virus en souvenir de vacances, et le transmettre via une piqure : le moustique tigre vecteur de cette maladie est en effet présent dans 18 départements métropolitains. Depuis mai, 47 cas de chik et 15 de dengue ont été recensés, sans qu’aucune victime ne soit à déplorer.

Département où le moustique tigre est présent

© InVS

 

Un drame social.  Autre inquiétude pour les autorités, la multiplication des arrêts de travail : selon la Caisse générale de Sécurité sociale de la Guadeloupe, ils se sont accrus de 40 % depuis le début de l'épidémie en Guadeloupe. Or, 70 % des salariés ne bénéficient pas de mesures de subrogation de leurs employeurs et subissent donc de fortes pertes de revenus. Dans une région où le chômage dépasse allègrement les 20% (deux fois plus qu’en métropole) et où le coût de la vie (notamment l’essence) provoque parfois des manifestations, le moustique tigre risque de favoriser les tensions sociales.

Un sentiment de déjà vu. Une grave épidémie de chikungunya a déjà frappé La Réunion entre décembre 2005 et décembre 2006. Elle avait touché 266.000 personnes (soit environ 30% de la population) et les autorités avaient recensé environ 250 décès liés à la maladie.