L'Elysée recule sur les APL

  • A
  • A
L'Elysée recule sur les APL
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les règles d'attribution des aides au logement pour les étudiants ne changeront pas à la rentrée.

Nicolas Sarkozy a décidé jeudi de "ne pas modifier, pour les jeunes rattachés au foyer fiscal de leurs parents, les règles d'attribution des aides personnalisées au logement" (APL). Dans le cadre du tour de vis budgétaire engagé pour réduire les déficits publics, le ministre du Budget François Baroin avait pourtant annoncé le 6 juillet dernier la suppression de ce cumul APL - demi-part fiscale.

Face à l’émoi des associations familiales et étudiantes, le ministre avait ensuite promis, le 23 août, que les "publics fragiles" et la politique familiale seraient épargnés du plan de "rabotage" des niches fiscales.

Un peu plus de bourses

Les étudiants boursiers percevront 9,5 mois de bourse en 2010 et dix mois en 2011, contre neuf mois actuellement, a également annoncé l'Elysée dans un communiqué diffusé à l'issue d'une réunion d'arbitrage avec la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse.

Le chef de l'Etat avait annoncé en septembre 2009 le versement d'un dixième mois de bourse aux étudiants, sous réserve d'un meilleur contrôle de leur assiduité et, surtout, de l'étalement par les universités de la scolarité de leurs filières sur dix mois.

"Un investissement d'avenir"

Le chef de l'Etat explique avoir pris cette décision par souci des "préoccupations exprimées par les représentants de partenaires sociaux et par les représentants des organisations d'étudiants", a souligné l'Elysée. "Les dépenses destinées à la formation des jeunes doivent être considérées comme un investissement d'avenir, prioritaire pour le pays", selon lui.

Le président de l'Unef Jean-Baptiste Prévost a accueilli les mesures annoncées comme "une bonne nouvelle" et "une victoire des étudiants", tout en soulignant que les étudiants seraient "au coeur du mouvement social" dans les prochaines semaines.