L’école française manque de souplesse

  • A
  • A
L’école française manque de souplesse
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un rapport de la Cour des comptes pointe un système éducatif trop uniforme et moins efficace.

Le système éducatif français, trop uniforme, doit être repensé pour mieux prendre en compte les besoins des élèves et leurs différences, afin de réduire les inégalités. Telle est la conclusion tirée par la Cour des comptes, qui a rendu public mercredi son rapport sur "l’éducation nationale face à l’objectif de la réussite de tous les élèves", disponible en ligne.

"La performance du système éducatif français a, au cours des dernières années, plutôt diminué, sous l'effet de son inefficacité à lutter contre les inégalités scolaires", a ainsi résumé le premier président de la Cour, Didier Migaud. Le rapport met en cause "une mauvaise organisation" du système, trop uniforme, qu'il faut repenser "en l'adaptant à l'hétérogénéité des élèves".

Une critique que le ministre de l'Éducation nationale Luc Chatel a moyenné apprécié. "Je regrette que la Cour des comptes n’ait pas pris en compte les réformes qui ont été mises en œuvre depuis 2 ou 3 ans et qui sont dans le droit fil de plusieurs de leurs préconisations", a-t-il déclaré jeudi matin sur Europe 1.

Trop de redoublements

Parmi les domaines dans lesquels la France est moins bonne que des pays comparables, le rapport de la Cour des comptes a mis l'accent sur les effets très néfastes du trop grand nombre de redoublements en France.

Avec 40% des élèves de 15 ans ayant redoublé au moins une fois, l'Hexagone est le "champion des redoublements", qui sont pourtant "inefficaces et très coûteux", quand les pays nordiques, le Japon ou le Royaume-Uni ont des taux "nuls ou quasi-nuls" de redoublants.

Donner plus d’autonomie aux équipes éducatives

La Cour préconise de "différencier fortement les moyens d'enseignement en fonction des établissements", après avoir "recensé les besoins d'accompagnement individualisé des élèves", et donner aux équipes éducatives de chaque établissement la responsabilité de répartir leurs moyens.

Elle prône aussi "un effort exceptionnel" pour les établissements "confrontés à la plus grande difficulté scolaire", ainsi que des moyens de soutien scolaire supplémentaires pour ceux qui font baisser les taux de redoublement.

Retrouvez la réaction du ministre de l'Education Luc Chatel, interviewé jeudi matin sur Europe 1.

REAGISSEZ - Le système français favorise-t-il trop les redoublements ?