L'autopsie de Descoings "pas concluante"

  • A
  • A
L'autopsie de Descoings "pas concluante"
@ REUTERS
Partagez sur :

Les enquêteurs semblent exclure la piste d’un acte criminel. Des analyses sont en cours.

Quelles sont les causes de la mort de Richard Descoings ? 24 heures après la découverte du corps de l’ancien directeur de Science Po Paris, retrouvé mort mardi dans sa chambre d'hôtel de New York, le mystère reste entier. Europe1.fr fait le point.

L'autopsie "pas concluante". Le corps de Richard Descoings a été transféré mardi soir vers 23 heures à l'institut médico-légal de New York. L'autopsie du corps du directeur de Sciences Po n'a "pas été concluante", selon un porte-parole des services du médecin légiste.

D'après cette même source, les résultats de ces examens ne seraient pas connus avant "dix ou quinze jours". Selon Libération, de nouveaux tests sont nécessaires, notamment des analyses toxicologiques devraient quant à elles être dévoilées dans plusieurs jours.

Qui a donné l’alerte ? Richard Descoings était attendu mardi matin, à l’université de Columbia, pour une conférence organisée par les Nations unies, en compagnie des grands présidents d’universités. Inquiets de ne pas le voir se présenter à cette rencontre supervisée par Ban Ki-Moon, des collègues ont appelé l’hôtel.

Des employés de l’hôtel de luxe Michelangelo se sont alors rendus à sa chambre une première fois. Persuadés de l’entendre ronfler, ils n’ont pas osé le déranger. N’étant toujours pas présent à la conférence, les employés ont donc été sommés de rentrer dans la chambre d’hôtel de Richard Descoings. Là, ils ont découvert le corps sans vie du directeur de l’université. Richard Descoings était nu sur son lit quand les secours sont arrivés dans sa chambre.

Quand est-il mort ? A priori, la mort a eu lieu entre 10 heures du matin et 13 heures. Selon les premiers éléments de cette enquête, Richard Descoings était encore vivant mardi aux alentours de 10h30. "Il dormait", a-t-il a précisé le chef adjoint de la police Paul Browne. Le directeur de Science Po devait pourtant quitter l’hôtel à 9 heures pour se rendre à la conférence.

Quelles sont les pistes suivies par les enquêteurs ? Le désordre de la chambre a d’abord orienté les enquêteurs vers un cambriolage, mais cette piste a rapidement été écartée. La police de New York a déclaré que le désordre en question avait été causé par les secouristes lorsqu'ils ont tenté de ramener Richard Descoings à la vie. "Le personnel médical l'a déplacé, et a déplacé des choses, pour essayer de le ranimer", a déclaré Paul Browne. "Le désordre n'était pas dû à une lutte", a-t-il précisé.

En outre, aucun signe d'effraction n’a été constaté et le corps de Richard Descoings ne portait pas de "signe évident de traumatisme", selon le chef adjoint de la police de New York Paul Browne, cité par le New York Times. Les enquêteurs semblent donc exclure la piste d’un acte criminel. Seule zone d’ombre : l'ordinateur portable et le téléphone du haut fonctionnaire ont été retrouvés sur un palier du 3e étage, sous sa fenêtre qui se trouvait au 7e de l'hôtel, rapporte NBC.

Y avait-il d’autres personnes dans la chambre d’hôtel ? Les enquêteurs cherchent à savoir si d'autres personnes étaient présentes dans cette chambre avec le patron de Sciences Po, dans les heures qui ont précédé sa mort. Une famille occupant une chambre voisine de celle de Richard Descoings a affirmé aux enquêteurs avoir entendu des voix de plusieurs personnes provenant de la chambre du haut fonctionnaire. L’un des membres de la famille a précisé que ces mêmes voix ont été entendues dans le couloir entre 8 heures et 9 heures du matin.