L'appel de détresse des Restos du cœur

  • A
  • A
L'appel de détresse des Restos du cœur
Les Restos du coeur lancent un appel aux dons lundi : il leur manque 5 millions d'euros pour la campagne d'hiver 2011-2012.
Partagez sur :

Face à la hausse de la pauvreté, l’association a besoin de 5 millions d’euros supplémentaires.

C’est un appel à l’aide que lancent au lendemain de Noël Les Restos du cœur. Il manque à l'association au moins cinq millions d'euros pour couvrir la campagne d’hiver 2011-2012. "Depuis le début de cette campagne, nous enregistrons encore de l'ordre de 5 à 8% de personnes supplémentaires, avec parfois, dans certains départements, des pics pouvant atteindre jusqu'à 15%", a déploré lundi le président de l'association dans un entretien avec l’AFP.

"Aux Restos du Coeur, un repas coûte environ un euro. L'an dernier, on a servi 109 millions de repas à 860.000 bénéficiaires. Si on devait constater 5% de personnes en plus durant toute la durée de la campagne, soit l'hypothèse basse, cela représenterait 5 millions d'euros de besoins en plus", a-t-il estimé.

25% de personnes en plus depuis 3 ans

"Sur les trois dernières années, nous avons malheureusement constaté une hausse de 25% des personnes accueillies", a précisé Olivier Berthe en appelant "à la générosité nationale car aujourd'hui le compte n'y est pas". "Etant donné la situation économique dans ce pays, le chômage qui dure, les problèmes de minimas sociaux, les personnes qui ont besoin des Restos du Coeur ou de l'aide d'autres associations humanitaires, pour se nourrir et vivre correctement, sont de plus en plus nombreuses", a-t-il fait valoir.

Or, face à ces besoins croissants, les financements stagnent, s'inquiète-t-il. Le Programme européen d'aide aux plus démunis, qui permet de financer l'aide alimentaire de 18 millions d'Européens pauvres dans 19 des 27 Etats membres, a été sauvé in extremis il y a quelques semaines, pour encore deux années. Mais "cette aide européenne reste au même niveau qu'il y a deux ou trois ans", a-t-il lancé. Avant de conclure : "on doit faire plus avec moins".

Cet appel de détresse intervient quelques jours après la visite au centre logistique des Restos du coeur à Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, du président de la République. Nicolas Sarkozy a salué le "travail exceptionnel" de l'association.