L'affaire de la "jupe", ces lycéens préfèrent en rire

  • A
  • A
L'affaire de la "jupe", ces lycéens préfèrent en rire
Jupes au lycée (photo d'illustration)@ Max PPP
Partagez sur :

REPORTAGE - Les principaux concernés, dont certains sont à l'origine de l'initiative accueillent avec enthousiasme cette proposition.

Au fait, qu'en pensent-ils, eux, les principaux intéressés ? Dans le cadre d'une action de lutte contre le sexisme, des élèves du Conseil académique à la vie lycéenne ont proposé aux élèves, filles et garçons, qui le souhaitent de venir habillés en jupe. Une initiative appuyée par le rectorat de l'académie de Nantes et qui concerne seulement 27 lycées sur les 220 que compte le département. Alors que cette proposition a suscité l'indignation des opposants à la prétendue "théorie du genre", les lycéens rencontrés par Europe 1, eux, accueillent avec enthousiasme cette idée.

Des jupes et des débats. D'abord parce que cette journée pour parler des inégalités homme-femme a été voulue et organisée par les élèves. Et elle ne consiste pas seulement à proposer aux garçons de venir en jupe au lycée. Ils ont aussi la possibilité de simplement arborer un autocollant "je lutte contre le sexisme, et vous ?".

L'opération consiste également "en un temps d'échange sur les discriminations sexistes et les moyens éventuels d'y remédier dans la vie du lycée", a précisé mercredi le porte-parole du rectorat. Les lycéens devraient aborder des thèmes comme les écarts de salaire, l'accession aux postes de direction, la répartition des tâches ménagères.

"Je vais peut-être mettre du rouge à lèvres aussi". Pour Raphaël, l'idée de la jupe est seulement un moyen de marquer le coup. "Je vais mettre une petite jupe. C'est une amie à moi qui m'en a prêtée une. Je vais peut-être mettre du rouge à lèvres aussi", s'amuse-t-il au micro d'Europe 1.

Témoin au quotidien des inégalités et des discriminations liées au sexe, Giovanni prend le sujet un peu plus au sérieux. "Dans le bus, il y a une fille qui s'assoit, il y a trois mecs qui l'accostent, si elle ne répond pas, ou qu'elle détourne le regard, ils l'insultent. Et personne ne réagit", raconte le lycéen qui portera sans doute une jupe noire.

"Ça va peut-être un peu loin". Claire, elle, n'a pas de problème avec le fait de porter des jupes, ce qu'elle fait presque tous les jours. Si cette élève de prépa est d'accord avec le principe, elle trouve toutefois que l'idée de la jupe relève un peu du gadget. "Le fait que tous les garçons se mettent en jupe, ça va peut-être un peu loin. Mais il faudrait qu'ils changent leur regard sur ça. Des garçons qui regardent, qui fixent trop longtemps, qui font des réflexions, ça arrive encore trop souvent", estime l'étudiante interrogée par Europe 1.

La Manif pour tous présente à Nantes. Mais il y en a que cette initiative agace particulièrement. Les opposants à la "théorie du genre" ne veulent "pas voir de travestis à l'école". Ludovine de La Rochère, la présidente de la Manif pour tous, sera d'ailleurs présente jeudi à Nantes pour s'opposer à cette initiative des élèves.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

L'INFO - Lycéens en jupe à Nantes : retour sur une polémique