Krombach écope de 15 ans de réclusion

  • A
  • A
Krombach écope de 15 ans de réclusion
Dieter Krombach va faire appel de sa condamnation.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le médecin allemand était jugé pour la mort de sa belle-fille, Kalinka Bamberski, en 1982.

Une "petite perpétuité". Dieter Krombach, 76 ans, poursuivi pour la mort de sa belle-fille, a été condamné samedi à quinze ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Paris, qui a suivi à la lettre les réquisitions de l'avocat général. Celui-ci avait assimilé la peine à une "petite perpétuité", compte-tenu de l'âge de l'accusé. "La justice a été exercée à la mémoire de Kalinka et je vais pouvoir faire mon deuil", a réagi André Bamberski, le père de l'adolescente retrouvée morte dans son lit le 10 juillet 1982.

Mais la saga judiciaire qui dure depuis près de trente ans n'est pas terminée : les avocats de Dieter Krombach ont aussitôt fait savoir qu'il entendait faire appel. "C'est inacceptable", a déclaré à la sortie de l'audience Me Yves Levano, avocat du médecin. Juste avant les délibérations, le médecin avait une nouvelle fois clamé son innocence. "Je jure à la cour et à Mme Gonnin [la mère de Kalinka] que je n'ai jamais fait de mal à Kalinka", a-t-il déclaré.

A l'énoncé du verdict, il n'a pas manifesté de réaction particulière. Sa fille Diana, les yeux rougis, est allée lui prendre la main à travers la vitre du box.

Accusation de "meurtre" requalifiée

Le médecin a été jugé responsable de la mort de sa belle-fille de 14 ans, Kalinka Bamberski, en 1982, l'accusation de "meurtre" étant requalifiée en "violence volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Le père de la victime reste quant à lui convaincu que Dieter Krombach a volontairement tué sa fille après l'avoir violée. Il n'a cependant pas exprimé de déception pour la requalification de l'accusation.

Pour l'accusation, Dieter Krombach avait le projet de violer la jeune fille le soir du 9 juillet 1982. Il lui aurait pour cela administré un sédatif dont il n'aurait pas maîtrisé les effets. L'adolescente a été retrouvée morte dans son lit le 10 juillet au matin.

Affaire classée en Allemagne en 1987

L'avocat général a cependant estimé que les éléments du dossier étaient insuffisants pour démontrer le viol de Kalinka et que dès lors, le mobile du meurtre ne tenait plus. Samedi, la défense de Dieter Krombach a consacré quatre heures à plaider l'acquittement, s'appuyant sur la différence des scénarios proposés par la partie civile et l'accusation. "Dans ce dossier, on n'est sûr de rien mais on dit tout", a fustigé l'un des avocats, Me Philippe Ohayon.

En Allemagne, aucune charge n'a été retenue contre Dieter Krombach et l'affaire a été classée en 1987. Sans l'enlèvement du médecin, en 2009, par André Bamberski pour qu'il soit jugé en France, aucun procès n'aurait jamais eu lieu.