Koh-Lanta : le temps de la justice

  • A
  • A
Koh-Lanta : le temps de la justice
Partagez sur :

Une enquête a été ouverte. Mise en cause par un témoignage, la production attaque de son côté.

JUSTICE. Le parquet de Créteil a ouvert jeudi une enquête préliminaire pour "homicide involontaire", suite à la mort vendredi dernier d'un candidat de l'émission de téléréalité de TF1 Koh-Lanta. Dans le même temps, la société de production du programme a annoncé son intention de porter plainte en diffamation jeudi après un témoignage anonyme à charge repris par le site Arrêt sur images. Deux procédures tout à fait différentes. 

Une autopsie pratiquée vendredi. Gérald Babin, 25 ans, avait succombé le 22 mars à une crise cardiaque au premier jour de tournage de l'émission phare de TF1, au Cambodge. Son corps est arrivé jeudi matin à l'aéroport de Roissy et devrait être autopsié vendredi à l'institut médico-légal de Paris (examens d'anatomopathologie, radios et toxicologiques).

koh lanta saison 11 denis brogniard TF1 960620

© TF1/ALP

L'enquête préliminaire pour "homicide involontaire" a été ouverte par le parquet de Créteil parce que le jeune homme résidait à Villejuif, dans le Val-de-Marnne. Ce n'est pour autant pas synonyme de quelconque soupçon de la justice. Elle ne vise d'ailleurs personne. Il s'agit surtout ici de définir un cadre légal aux investigations traditionnelles permettant de déterminer les causes et circonstances exactes de la mort. Cette enquête a été confiée mercredi soir à l'Office central de recherche des violences faites aux personnes de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). Les autorités cambodgiennes ont de leur côté classé l'affaire, estimant qu'il s'agissait d'une mort naturelle.

Ce que dit le témoignage anonyme… Dans cette affaire, Le témoignage publié par Arrêt sur images vient bousculer la version de la production. Joints par Europe 1, les journalistes du site assurent, après de multiples vérifications,  être surs "à 100%" de leur source, qui se présente comme un membre de l'équipe de production présent au moment du drame. Ce témoin  accuse la société d'avoir tardé à évacuer le candidat.

Koh-Lanta statuette 930x620

© TF1

"Très vite, Gérald s'effondre, la tête dans le sable. Il ne bouge plus. (...) Il a d’abord été décidé d'évacuer Gérald à l'hôpital par bateau, alors qu'un hélicoptère est théoriquement disponible, mais cela est jugé inutile et trop coûteux par la production", assure la source, selon Arrêt sur images. "Il reperd connaissance à bord du bateau. Le médecin s'inquiète sérieusement et demande une évacuation en hélicoptère". Mais le numéro du pilote de l'engin est introuvable, explique le témoin : "on perd encore beaucoup de temps pour finalement être capable de le joindre. On parvient une nouvelle fois à ranimer Gérald à bord du bateau. Il embarque finalement dans l'hélicoptère, des heures (au moins deux heures) après son malaise initial. On ne le reverra jamais vivant", conclut-il.

…et la version de la production. Selon la société de production de Koh-Lanta, Adventure line productions (ALP), Gérald Babin a été pris de crampes lors du premier jeu qui suit l'arrivée des participants sur le site. Il a été pris en charge par le médecin urgentiste de l'émission qui lui a prodigué les premiers soins, avant de décider de l'évacuer vers l'hôpital où il est mort.

Après ce décès, le premier dans un programme de téléréalité français, TF1 a annoncé l'annulation de la saison 2013 et tous les candidats sont rentrés chez eux.  ALP a qualifié les accusations formulées dans le témoignage anonyme de "mensongère et odieuse" et souhaite donc porter plainte pour diffamation. Pour la société de production, "une enquête judiciaire dira nécessairement toute la vérité sur les causes et circonstances du décès de Gérald Babin et démontrera que toutes les règles de sécurité ont été respectées".