Koh Lanta : la bataille des "rushs"

  • A
  • A
Koh Lanta : la bataille des "rushs"
@ TF1
Partagez sur :

L'avocat de la société de production assure que tous les éléments ont transmis aux enquêteurs.

La société de production Adventure Line production (ALP) contre-attaque. Accusée par Me Jérémie Assous, l'avocat de la famille de Gérald Babin, le candidat de Koh Lanta mort il y a dix jours d'une crise cardiaque, assure tout mettre en œuvre pour faire avancer l'enquête.

Pour prouver sa bonne foi, ALP indique notamment avoir saisi le parquet de Paris, seulement trois jours après le drame. Pour le moment, le parquet de Créteil a ouvert une enquête préliminaire pour "homicide involontaire", afin de rechercher les causes de la mort de Gérald Babin.

>> A lire - Koh Lanta : que s'est-il passé ?

Les rushs, éléments déterminants pour l'enquête. Lundi soir, Me Jérémie Assous était monté au créneau en demandant à la société de production "plus de transparence" dans la gestion du dossier. "Il est indispensable qu'une instruction soit ouverte, pour que la police puisse procéder à des auditions, des perquisitions, la saisie d'un grand nombre de documents", avait-il réclamé sur Europe 1. Me Assous avait également demandé à ce que la production "communique l'ensemble des éléments dont elle dispose, notamment les rushs, les enregistrements des caméras lors de l'accident de Gérald Babin".

De son côté, l'avocat de la société de production, Me Pierre-Olivier Sur, répond que tous les éléments nécessaires à l'enquête ont été transmis et que rien n'a été occulté. "La société ALP verse au dossier du parquet tous les jours, des pièces, des rushs, des éléments techniques, des programmes, des organigrammes, des scripts. Tout ce qui peut être donné pour participer à la manifestation de la vérité sera donné par ALP", assure l'avocat au micro d'Europe 1.

>> A lire - Koh lanta : les vidéos au cœur de l'enquête

Ce que montrent les vidéos. Ce dernier assure également que Gérald Babin a correctement été pris en charge lors de son malaise. Lundi, Me Assous assurait pourtant : "il apparaîtrait qu'ordre a été donné au médecin par la production de ne pas intervenir immédiatement afin de ne pas interrompre la scène qui était en train d'être tournée, puis qu'on a refusé que le médecin bénéficie de l'hélicoptère pour évacuer immédiatement et dans les meilleurs délais Gérald Babin à l'hôpital."

Mais selon l'avocat d'Adventure Line production, au début de la première épreuve, appelée "l'épreuve de la corde", Gérald Babin a en fait eu un léger malaise dû à une crampe. A la suite de son malaise, Gérard Babin aurait donc arrêté le jeu pour se reposer sur la plage. Pensant qu'il était victime de déshydratation, le médecin – qui s'est suicidé lundi – lui aurait fait une perfusion avant de préconiser son transfert à l'infirmerie par bateau. Ce n'est qu'une fois sur le bateau, que Gérald Babin a fait deux violents malaises. Là, un hélicoptère, prépayé par la société de production, est finalement venu le chercher.

>> A lire - Le médecin de Koh Lanta s'est suicidé

Me Pierre-Olivier Sur, l'avocat de ALP, assure aujourd'hui que des images ont été transmises aux enquêteurs pour prouver le dérouler des faits. "Il y avait 10 caméras, qui ont filmé non-stop, tout le long de la journée, jusqu'au départ de Gréald avec le médecin sur le bateau. A partir du moment où il est sur le bateau, pour aller vers l'infirmerie, tandis que le médecin pense qu'il est victime d'un coup de chaleur et d'une déshydratation, il n'y a plus d'image, il n'y a plus de son. Mais jusqu'à cet instant là, de l'embarcation du malade et du médecin sur le bateau, tout est filmé. Absolument tout sera analysé par les spécialistes de la police judiciaire et le parquet de Créteil", insiste l'avocat.