Kerviel : un jugement très sévère

  • A
  • A
Kerviel : un jugement très sévère
@ REUTERS
Partagez sur :

L'ex-trader a été condamné à 5 ans de prison dont 3 ferme et devra rembourser 4,9 milliards d'euros.

A l'annonce du jugement, Jérôme Kerviel est resté assis, blême, dans son costume sombre, et a encaissé le coup, visiblement accablé. Mardi, l'ex-trader a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme, par le tribunal correctionnel de Paris. Il devra également payer 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts à son ancien employeur, la Société Générale (Lire le jugement en intégralité).

Cette peine est tout bonnement "déraisonnable", "inacceptable par son caractère totalement excessif", a insisté l'avocat de l'ancien trader, Me Olivier Metzner, qui a annoncé qu'il allait faire appel de cette condamnation. "Et si Jérôme Kerviel avait pris les 5 milliards, à combien aurait-il été condamné ? A la même peine !", a-t-il dénoncé :





Reconnu coupable de trois délits

Le président de la 11e chambre, Dominique Pauthe, est pourtant, lui, catégorique. "Abus de confiance", "faux et usage de faux", "introduction frauduleuse de données dans un système informatique", il a déclaré Jérôme Kerviel coupable des trois chefs d'accusation retenus contre lui.

Selon lui, l'ancien trader a "outrepassé le cadre de son mandat en prenant des positions spéculatives à l'insu de la banque, et dans des proportions gigantesques".

De plus, il s'est "livré à un total renversement des rôles en se positionnant comme victime d'un système dont il se dit la créature", a jugé le président, évoquant "l'impassibilité trompeuse", le "sang-froid permanent", le "cynisme des agissements" de l'ancien trader.

Ses actes ont "porté atteinte à l'ordre économique mondial", a poursuivi le tribunal, reprenant quasiment mot pour mot ce qu'avait dit le ministère public, qui avait requis contre lui cinq ans dont quatre ferme durant le procès, du 8 au 25 juin.

170.000 ans pour payer les dommages et intérêts

La banque est, elle aussi, satisfaite du jugement. Même s'il faudrait, compte tenu de ses revenus d'aujourd'hui, 170.000 ans à Jérôme Kerviel pour rembourser la somme de 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts, qu'importe. Cette peine "constitue une espèce de réparation morale" pour la banque, a estimé Me Jean Veil, l'un des avocats de SocGen.

"Cela confirme ce que la Société Générale a toujours dit à ses actionnaires, à ses salariés qui ont subi un très grave préjudice du fait des agissements frauduleux de Jérôme Kerviel", a-t-il assèné.

Pour l'heure, Jérôme Kerviel, 33 ans, reste libre.... Jusqu'au second procès Kerviel.