Kerviel, "créature de la SocGén"

  • A
  • A
Kerviel, "créature de la SocGén"
@ REUTERS
Partagez sur :

Le procès de l'ancien trader s'est terminé ce vendredi. Il sera fixé sur son sort le 5 octobre.

Dernier jour d’’audience au procès Kerviel avec les très attendues plaidoiries de la défense de l’ex-trader. Ses avocats, Nicolas Huc-Morel et Olivier Metzner, ont demandé la relaxe de leur client sur les infractions principales, "abus de confiance, faux et usage de faux".

Ils ont en revanche reconnu sa culpabilité sur l"'introduction frauduleuse de données dans un système informatique", ouvrant la voie à une peine modérée. Jeudi, le parquet a requis quatre ans de prison ferme à l’encontre de Jérôme Kerviel.

"La SocGen camoufle des actifs pourris"

En ligne de mire de la défense, la Société Générale. Tout au long du procès, les avocats de Jérôme Kerviel ont soutenu que la banque ne pouvait ignorer les activités et les engagements de l'ancien trader et ont ironisé sur la transparence que revendiqué par la SocGen.

"La Société générale est transparente et ouverte à tout, elle camoufle ses actifs pourris", a lancé Me Metzner, rappelant que l'établissement avait cantonné dans une société distincte 35 milliards d'actifs toxiques liés aux "subprimes".

"Une créature de la Société générale"

Le médiatique conseil voit dans la banque la vraie responsable des dérives admises par Jérôme Kerviel : "Qui êtes-vous Société générale ? Comment fabriquez-vous des hommes comme cela ? Pour quel intérêt, par quels moyens, sinon purement financiers ?" a t-il lancé lors de sa plaidoirie.

"Jérôme Kerviel a été formé, formaté, peut-être déformé par la Société générale. Il n'est que la créature de la Société générale", a insisté Me Metzner. "La banque lui a donné un accord tacite", a-t-il estimé.

Kerviel fixé le 5 octobre

Le tribunal correctionnel de Paris a mis son jugement en délibéré au 5 octobre. Poursuivi pour "faux, usage de faux, abus de confiance, introduction frauduleuse de données dans un système informatique", Jérôme Kerviel risque cinq années de prison et 375.000 euros d'amende.