Jugement PIP : et si Jean-Claude Mas repartait libre ?

  • A
  • A
Jugement PIP : et si Jean-Claude Mas repartait libre ?
Jean-Claude Mas lors du procès PIP, à Marseille en mai dernier.
Partagez sur :

Au procès en mai dernier, le procureur avait requis 4 ans de prison ferme contre le fondateur de la société.

L'INFO. Le procureur l'avait surnommé "l'apprenti sorcier des prothèses" et requis une peine de quatre ans de prison ferme à son encontre. Lui, c'est Jean-Claude Mas, le fondateur de la société PIP, dont les implants mammaires ont fait au moins 7.400 victimes sur dix ans. Après un procès d'un mois qui s'est déroulé au printemps 2013, le tribunal correctionnel de Marseille rend mardi son jugement dans cette affaire. Sur les cinq dirigeants de la société varoise, Jean-Claude Mas est le seul à avoir fait de la détention, huit mois au total. En première ligne, l'ancien homme d'affaires pourrait toutefois ressortir libre de l'audience.

Un homme terré dans sa villa… Retourner en prison : c'est ce que craint le plus Jean-Claude Mas. Il a déjà fait huit mois et, désormais âgé de 74 ans, l'homme espère bien que son âge et ses petits soucis de santé pèsent dans la balance. Lors de son réquisitoire en mai dernier, le procureur Dallest avait lâché cette phrase : "il faut que vous réfléchissiez dans une cellule à cette triste odyssée commerciale". Depuis, le fondateur de PIP joue la discrétion, terré dans sa villa de Six-Fours-les-Plages. L'homme fait profil bas, du moins en apparence.

27.01Jean-ClaudeMase1default930620

…qui n'en démord pas. "L'apprenti sorcier des prothèses" reste en effet droit dans ses bottes. Il se doute qu'il sera condamné pour tromperie mais il n'est pas question d'admettre que le gel contenu dans ses prothèses était toxique, comme le souligne au micro d'Europe son avocat, Me Haddad. "Il est impressionnant ce Mas, même s'il est antipathique au regard des victimes, ce que je peux comprendre aisément", concède le défenseur. "Mais il a une capacité de résistance qui est impressionnante. Je le vois encore un peu combatif. Et il est toujours persuadé que le produit n'est pas dangereux", poursuit l'avocat. "Nous commençons à recevoir les premiers rapports d'expertises, il n'y a aucune qui indique que le produit est dangereux pour la santé publique", ajoute-t-il.

"Un dossier qui fait pschitt". Dans cette mesure, est-il envisageable que son client aille en prison pendant 4 ans ? "Je ne peux pas l'imaginer une seule seconde. C'est un dossier qui fait pschitt", élude Me Haddad. L'avocat de Jean-Claude Mas souligne également qu'aucun mandat de dépôt n'a été réclamé pour son client. Il pourrait ainsi bien repartir libre du tribunal mardi, sous les yeux de dizaines de victimes.

sur le même sujet

ZOOM - PIP : où en sont les opérations ?

ZOOM - Les premières leçons de l’affaire PIP

RETOUR SUR - Le 28 novembre 2011, le scandale des prothèses PIP