Jeudi Noir squatte à côté de l’Elysée

  • A
  • A
Jeudi Noir squatte à côté de l’Elysée
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le collectif a posé ses valises dans un immeuble vide depuis 2006. 30 étudiants se sont installés.

Le collectif des mal-logés Jeudi Noir a annoncé vendredi avoir investi un nouvel immeuble à Paris, dans le VIIIe arrondissement, près de l'Elysée, pour protester contre une crise du logement de plus en plus aiguë.

Trente étudiants se sont installés

Les membres du collectif se sont installés le 27 décembre dans l'immeuble vide appartenant à une société d'assurance situé avenue Matignon, en face du palais présidentiel. Ils expliquent que l'immeuble n'est plus habité depuis au moins 2006 et ont fait constater l'occupation par huissier.

Trente étudiants "en galère de logement" vivent donc depuis dix jours dans l'immeuble de neuf étages et près de 5.000 m2, selon Jeudi Noir. "Si cette réquisition citoyenne leur offre un répit au coeur de l'hiver, elle vise surtout à dénoncer l'indifférence du gouvernement vis-à-vis d'une crise du logement qui s'aggrave à mesure que se gonfle la bulle immobilière", dénonce le collectif dans un communiqué.

Cette nouvelle occupation, après celle, très médiatisée, de la place des Vosges, a reçu le soutien du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) et des communistes parisiens. "La présence d'étudiants sans toit et de travailleurs précaires avenue Matignon rappelle le manque de mixité sociale de cet arrondissement très riche et sa pauvreté en nombre de logements sociaux (2 %)", estime le groupe PCF au conseil de Paris dans un communiqué.

L’échec de Nicolas Sarkozy

Pour le MJS, cette opération a le mérite de rappeler que les "promesses de Nicolas Sarkozy n'ont pas été tenues" en matière de logement. "Faut-il rappeler que celui-ci promettait lors de sa campagne qu'il se donnait deux ans pour venir à bout du manque de logement et qu'aucune personne ne serait contrainte de dormir dehors après 2009 ? Faut-il rappeler que le droit opposable au logement n'a toujours pas été mis en place?", peut-on lire dans un communiqué. "Le constat amer de cet échec est une honte pour le pouvoir en place", ajoutent les jeunes socialistes.

Jeudi Noir et les autres organisations luttant contre le mal-logement, comme le DAL, exigent l'application de la loi qui permet la réquisition de logements inoccupés. Selon l'Insee, on dénombrait en 2009 1,8 million de logements vacants en France, dont 122.000 à Paris. Selon une enquête de l'Ifop pour Seloger.com publiée le mois dernier, plus d'un Français sur cinq se sent menacé par le mal-logement et 7% d'entre eux se considèrent mal logé.