Jérôme Savary, un boulimique de théâtre

  • A
  • A
Jérôme Savary, un boulimique de théâtre
Jérôme Savary avait souvent un cigare vissé à la bouche.@ MAXPPP
Partagez sur :

PORTRAIT - Le metteur en scène, mort à 70 ans, enchaînait spectacle sur spectacle.

L'info.Jérôme Savary est mort lundi soir à l'âge de 70 ans. Passionné par le théâtre populaire, il était un auteur et un metteur en scène infatigable.

Une vie dédiée au théâtre. Né en 1942 à Buenos-Aires, où son père était exploitant agricole, Jérôme Savary a fait l'Ecole des Arts décoratifs de Paris. En 1966, il fonde la Compagnie du Magic Circus avec laquelle il monte divers spectacles, comme "Zartan" ou "Superdupont". En 1982, il a été président du Nouveau Théâtre populaire de Montpellier, où il reprend "La Belle Hélène", monté à Paris en 1983, et dont il démissionne le 12 juin 1985. Il devient alors président du Centre Dramatique de Lyon, où il crée "Le Bal des Cocus" (1987). De 1988 à 2000, il dirige ensuite le Théâtre national de Chaillot, puis de 2000 à 2005 l'Opéra Comique. 

"Le jour où le rideau tombe pour les artistes de scènes, il ne reste que les souvenirs" (Sous le Pont des Arts):

"Un fou de jazz"

Il dépoussiérait les classiques. Enchaînant spectacle sur spectacle, il était un grand défenseur de la démocratisation du théâtre et était connu pour dépoussiérer les classiques. Passionné par Offenbach et Shakespeare, Jérôme Savary, cigare souvent vissé à la bouche, a adapté aussi bien Shakespeare que Jules Verne ("Le tour du monde en 80 jours" en 1979") ou Goscinny/Uderzo ("Astérix" en 1988).

>> Jérôme Savary : le clown blanc.

Le goût de la musique. En 2010, sur Europe1, il confiait être "un fou de jazz". Jérôme Savary s'est, par ailleurs, illustré dans le genre de la comédie musicale avec "L'histoire du cochon qui voulait maigrir" en 1984, "Cabaret" en 1987 et "La légende de Jimmy" en 1990. Il a aussi signé des opéras à travers l'Europe : "La flûte enchantée" en 1985, au festival de Bregenz en Autriche, et "La veuve joyeuse" en 1983, au Grand Théâtre de Genève.

Le cinéma aussi. Au cinéma, il a réalisé dans les années 1970 "La fille du garde-barrière" et "Le boucher, la star et l'orpheline".