Jérôme Kerviel est "à la disposition de la justice"
© REUTERS

Pour l'ancien trader de la Société générale, qui poursuit sa route vers Paris à pieds, "le dossier Kerviel n'existe pas".

La réaction. "Le combat continue". Il n'est pas abattu pour un sous Jérôme Kerviel. Alors que la cour de Cassation a validé mercredi sa condamnation à trois ans de prison, mais cassé les dommages et intérêts de 4,9 milliards d'euros, l'ancien trader de la Société générale a assuré sur Europe 1 qu'il n'avait "appris qu'une seule bonne nouvelle aujourd'hui". "Le dossier s'appelle Kerviel parce que... 5 milliards d'euros. Aujourd'hui ces 5 milliards d'euros viennent de partir en fumée. Et c'est un dossier Société générale qui commence ce soir", a-t-il dit.


"J'ai eu le temps de réfléchir". "Ça fait six ans que je me bats pour ça. Ça ouvre la voie à une expertise que je demande à cor et à cris depuis six ans. Enfin, ça arrive. J'ai eu le temps de réfléchir en marchant tout l'après-midi et je prends ça comme un signal de la fin de l'impunité du monde bancaire", a poursuivi Jérôme Kerviel.

"Je ne vais pas prendre un train". L'ancien trader, qui a entrepris de rentrer de Rome, où il a rencontré le Pape, à pieds, n'a en revanche pas l'intention de modifier son programme. "S'ils veulent m'incarcérer et m'interpeller, ils viendront en Italie parce que moi je ne serai pas en France avant un mois je pense. Je suis à la disposition de la justice française, je ne cherche pas à fuir. En revanche, je continue ma marche. Il me faut juste un peu de temps pour rentrer à Paris à pieds. Je ne vais pas prendre un train pour rentrer à Paris et me rendre dans un commissariat", a assuré Jérôme Kerviel.


sur le même sujet, sujet,

LA DÉCISION - Jérôme Kerviel ira en prison mais son amende est annulée

GROS SOUS - Kerviel ne rendra jamais les 4,9 milliards à la Société générale

SUR LA ROUTE - Jérôme Kerviel rentre de Rome... à pied

ZOOM - Un comité de soutien "pour qu'il tienne le coup"

INTERVIEW - Kerviel : "je vis de la solidarité"

RETOUR - Kerviel se pourvoit en cassation

LA DÉCISION - Kerviel condamné à trois ans ferme