Le parquet s'oppose à la libération conditionnelle de Kerviel

  • A
  • A
Le parquet s'oppose à la libération conditionnelle de Kerviel
Partagez sur :

L'aménagement de peine demandé par l'ex-trader de la Société Générale a été accepté mardi. Mais le parquet devrait faire appel.

INFO. Après son arrestation à la frontière franco-italienne en mai dernier, Jérôme Kerviel est de retour sur la scène médiatique mardi. Condamné à trois ans de prison ferme, l'ex-trader avait été incarcéré à Fleury-Merogis. Mais il devrait être libéré dans les prochains jours. Sa demande d'aménagement de peine a été acceptée mardi par le juge d'application des peines. Jérôme Kerviel devra porter un bracelet électronique. Le parquet devrait faire appel de cette décision, selon les informations d'Europe 1. Cet appel, suspensif, repousserait de plusieurs mois son éventuelle sortie de prison de l'ex-trader.

>> A LIRE AUSSI - Affaire Kerviel : nouvelle enquête sur la Société Générale

Un logement et une promesse d'embauche. Jérôme Kerviel avait monté minutieusement son dossier pour que sa demande soit acceptée. "On apporte toutes les garanties", avait confié l'un de ses proches avant l'audience. Pour commencer, l'ancien trader dispose d'un logement ainsi que d'une promesse d'embauche. Ce "job" est présenté par ses proches comme un emploi très classique dans une entreprise, "rassurez-vous, très loin de l'univers de la banque", précise-t-on dans un sourire. 

>> A LIRE AUSSI - Jérôme Kerviel veut sortir de prison

De fait, une récidive est impossible. Autre argument avancé, l'ex-employé de la Société Générale est dans l'incapacité de récidiver : il n'est plus trader et ne le sera plus jamais. De toute façon, ce n'est pas un criminel, clame le père Patrice Gourrier, un des amis de Jérôme Kerviel. "Jérôme n'a tué personne, n'a violé personne. Il ne représente aucun danger pour la population. Il doit sortir de prison", affirme le pêtre au micro d'Europe 1.

>> A LIRE AUSSI - Jérôme Kerviel transféré à la prison de Fleury-Merogis

Ne risque-t-il pas de prendre la fuite ? "Il ne fuira pas",  assure encore le père Gourrier. "Quand je l'ai vu il y a 15 jours,  il m'a dit, 'il n'y a jamais eu de fugitif dans ma famille, je ne serai pas le premier'", raconte le religieux. "Jérôme a de l'honneur et c'est justement parce qu'il a de l'honneur qu'il se bat contre une institution qui n'en a aucun".

>> A LIRE AUSSI - Ces hommes d’Eglise qui gravitent autour de Kerviel