Jean-Philippe Rouchon n'est pas un fils Michelin

  • A
  • A
Jean-Philippe Rouchon n'est pas un fils Michelin
Jean-Philippe Rouchon avait formulé un recours qui a été examiné par le tribunal de grande instance de Paris.@ Maxppp
Partagez sur :

La justice a débouté le cas de Jean-Philippe Rouchon, qui avait formulé un recours en filiation.

Sa mère s’appelle Annick Rouchon. Son père, Jean-Philippe Rouchon en est certain, n’est autre que Patrice Michelin, petit-fils d'André Michelin, un des deux frères fondateurs du groupe de pneumatiques de Clermont-Ferrand. Pour faire reconnaître cette filiation, Jean-Philippe Rouchon avait formulé un recours qui a été examiné par le tribunal de grande instance de Paris. Qui l'a débouté de sa demande.

Jean-Philippe Rouchon affirmait que sa mère avait vécu avec Patrice Michelin, "le mouton noir de la famille Michelin", pendant quatre ou cinq ans après sa naissance, dans un appartement appartenant à la famille Michelin. Les deux hommes se seraient revus pour son dix-huitième anniversaire, puis à nouveau "deux, trois fois" au cours des années suivantes.

"Toujours accueilli comme son fils"

"Ce qu'il m'a laissé de meilleur, c'est de m'avoir toujours accueilli comme son fils, même si on n'a pas construit d'intimité. C'était quelqu'un d'assez fermé mais très sensible, qui souffrait de la situation", assurait avant la décision Jean-Philippe Rouchon.

Problème : André Michelin est mort en 2006, sans avoir apporté d’éléments pour appuyer les démarches de reconnaissance de filiation déjà engagées à l’époque par Jean-Philippe Rouchon. Et sans le mentionner pour sa succession.

"Tous les héritiers ont droit à une rente"

A 43 ans, Jean-Philippe Rouchon voulait avant tout "qu'on reconnaisse que je suis son fils, porter son nom, pour ma mère et surtout pour mes enfants. Et qu'on me le dise officiellement". Aujourd’hui ostéopathe dans le Puy-de-Dôme, il l’affirmait aussi : "Tous les héritiers ont droit à une rente et j'ai droit à ma part comme les autres".