Jean-Luc Delarue "a brûlé la vie"

  • A
  • A
Jean-Luc Delarue "a brûlé la vie"
"C'était quelqu'un qui travaillait beaucoup et qui dormait peu", s'est souvenu Michel Drucker au sujet de Jean-Luc Delarue, mort vendredi à l'âge de 48 ans.@ MAX PPP
Partagez sur :

REACTIONS - Les hommages rendus à l'animateur mort à 48 ans, enfant d'Europe 1, se multiplient.

L'annonce de la mort de Jean-Luc Delarue a suscité une vague d'émotion parmi ceux qui avaient travaillé avec lui sur Europe 1 ou à la télévision "Jean-Luc, c'est une success story unique dans l'histoire de la télévision", s’est souvenu Michel Drucker. "Je veux garder de lui l'image d'un grand pro", a-t-il expliqué. "C'était quelqu'un qui travaillait beaucoup et qui dormait peu. Il a brûlé la vie Jean-Luc, "a-t-il ajouté. Pour Michel Drucker, Jean-Luc Delarue avait "sans doute encore beaucoup à nous montrer".

Jean-Pierre Elkabbach, qui l'avait recruté pour intégrer la rédaction d'Europe 1, s'est dit "sincèrement bouleversé". "Pour moi, ça a été l’un des plus doués de sa génération. Il avait tous les talents : il avait la présence, l’humour et un appétit constant des découvertes et de la vie. Il a connu tous les succès, il les a connus très vite, sans doute trop vite. C’était le symbole d’un univers qui dévore ses enfants", a souligné l'ancien patron de France Télévisions et d'Europe 1.

"C’était un grand timide"

Ancien complice de Jean-Luc Delarue, Florian Gazan, s'est lui souvenu du "capitaine de bateau" qu'était Jean-Luc Delarue lorsqu'il était aux commandes la matinale d'Europe 1. "Il était un peu mon deuxième papa", a-t-il reconnu. "C'était un grand timide. Finalement, il était beaucoup à l'écoute des autres et se livrait peu lui-même. Il était très pudique", a relevé Florian Gazan.

24.08_delarue-france-tv_930

Sophie Davant, qui avait remplacé Jean-Luc Delarue sur France 2 après ses ennuis judiciaires, a livré son désarroi. "Je suis absolument effondrée", a confié l’animatrice de télévision. "C’était un "immense professionnel qui aura marqué l’histoire de la télé, qui a importé cette télé testimoniale avec son talent, sa vivacité, son intelligence, son humour, sa qualité d’écoute", a salué Sophie Davant.

"Un grand gâchis, une tragédie"

Philippe Gildas n’a pas caché sa colère en apprenant la disparition de l'animateur "C’est un grand gâchis, c’est une tragédie. C'est quelqu'un que j'aurais aimé avoir comme fils", a confié l’animateur de télévision. Au début de sa carrière, Jean-Luc Delarue "m’avait dit : ‘de toute façon j’aurai votre place’. Ensuite, il a fait la preuve qu’il était fantastique. C’était un très grand animateur, un très grand journaliste", a insisté Philippe Gildas.

Le groupe public France Télévisions a lui fait part vendredi de son "immense émotion", Jean Réveillon, directeur général de France 2 saluant en Jean-Luc Delarue un "passeur d'émotions" et un créateur "de nouveaux concepts d'émission".