"Je suis un traumatisé du RER A"

  • A
  • A
"Je suis un traumatisé du RER A"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGES - Les internautes d'Europe 1.fr racontent leurs galères au quotidien dans les transports d'Île de France.

Suite à l'enquête Europe 1 révélant que certains RER A ne desservent pas toutes les stations, un appel à témoins a été lancé sur la page Facebook d'Europe 1. Voici une sélection de messages de voyageurs reçus à la rédaction.
 
"Un truc de fou", résume Aurélien dans un commentaire lapidaire. Le "RER de toutes les galères !" ironise Jacques un peu plus bas. Les fameux "usagers" de la RATP n'ont pas de mots assez durs pour dire leur exaspération. Bloqués, retardés, ou simplement ralentis en allant au travail ou en rentrant chez eux, ils en ont assez.
 
A LA LIMITE DE LA DÉPRESSION NERVEUSE

Jacques habite Bussy-Saint-Georges. Sur Facebook, il confirme l'information d'Europe 1 et se dit "scandalisé qu'une fois sur deux le RER A ait pour terminus la station Torcy (la station précédente, ndlr). Je suis obligé d'attendre le train suivant."
 
Véronique se dit "traumatisée du RER A". Elle raconte "dix ans de galères (...) j’étais à la limite de la dépression nerveuse (...) Vous attendez avec l'angoisse dans le ventre dans le train, quelques fois sans lumière et surtout aucun portable ne marche. Je hais ce RER !"
 
Aurélien emprunte le RER B "tous les jours à Châtelet direction Antony, chaque matin il faut attendre trois à quatre trains pour finalement en prendre un bondé" pendant qu’Habiba dénonce des "problèmes et retards tous les jours sans exception. (...) et tout ça pour la modique somme de 102 euros par mois pour la  zone 1 à 4 ! Ras le bol !"
 
USAGER VEUT AUSSI DIRE CLIENT
 
Kévin lui, souhaite faire une mise au point :"RATP et SNCF ont tendance à oublier qu'usager veut aussi dire client. La qualité de service n'est pas à la hauteur. Le RER B aux heures de pointe, c'est être transporté comme du bétail MAIS en payant pour ça."
 
Bruno voyage sur la Ligne C du RER. Sur le "Pontoise-Paris : que des galères. Toujours des problèmes d'alimentation électrique ou des personnes sur les voies. Résultat des trains sans arrêt annulés. Et c'est comme ça depuis des mois et des mois".
 
Rody est lui résigné. Après avoir fait un beau lapsus cet "usagé [sic] sur le Paris-Creil depuis 7 ans" confesse: "le pire c’est que je suis honnête, je paye quand même mon abonnement"

metro400200

DANS LE MÉTRO AUSSI...
 
Catherine emprunte la ligne 5 du métro parisien. "Les nouveaux métros cela peut aller, mais les vieux wagons, c’est un enfer surtout en fin de journée : ça pue, c'est sale ! Je préfère prendre le bus." Quant à Joël, il profite de l’occasion pour lancer une "supplique" aux passager du métro: "à Gare du Nord laissez-nous sortir du métro, ça ira plus vite !"
 
…ET MÊME EN BUS
 
Lætitia utilise le réseau bus de la RATP "le matin tôt, pas de problème, mais le soir je peux mettre une heure pour rentrer au lieu de 25 minutes. On attend trop et là, deux ou trois bus à la suite !"
 
Dans cet océan de critiques, deux messages positifs, malgré tout : celui de Sébastien "habitant en début de ligne sur le RER C, aucun souci j'ai toujours une place assise !" et Pierre qui souligne  "les transports en Île de France sont bons par rapport aux autres pays que j'ai vus".
 
C'est aussi l'avis de J.J, habitant de San Francisco, qui raconte: "Notre BART - équivalent au RER - est vieux de plus de 40 ans et casse relativement souvent (...) Conduire aux USA est toujours la meilleure solution".
 
Anthony a peut-être trouvé la solution pour soulager les voyageurs en région parisienne : "ces problèmes des transports sont issus de la centralisation des entreprises dans un seul périmètre (par ex. la Défense). Ne pourrait-on pas les inciter à aller à la campagne afin de développer des régions désertées ?"
 
Il suffisait d'y penser.

Vous aussi, n'hésitez pas à témoigner en commentaires ci-dessous.