"Je me considère comme un meurtrier"

  • A
  • A
"Je me considère comme un meurtrier"
@ MaxPPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - David, 28 ans, a eu un accident de voiture alors qu'il conduisait ivre. L'un de ses amis est mort.

Il y a quatre ans, David s'est réveillé à l'hôpital après un accident de voiture. La veille, il avait pris le volant alors qu'il avait bu. L'un de ses amis, passager de la voiture, a été tué dans l'accident. Quatre ans plus tard, le jeune homme témoigne auprès de jeunes pour "qu'ils ne pensent surtout pas que ça n'arrive qu'aux autres !" "Les autres, pour moi, c'est tout le monde  donc on est tous concernés. Il vaut mieux ne pas prendre les risques", prévient-il sur Europe 1.

Condamné à un an de prison ferme et 18 mois d'interdiction de permis, David a effectué sa peine avec un bracelet électronique. Une condamnation que le jeune homme a acceptée "mais je trouvais que ce n'était pas assez payé, et de toute façon quelle que soit la sentence, la prison est dans ma tête : j'y pense tout le temps, on est toujours mal vis-à-vis de cela."  L'accident est d'ailleurs toujours présent à l'esprit de David :"J'y pense tout le temps ; j'y penserai toute ma vie je pense. Quand je n'ai pas l'esprit occupé, j'ai tout de suite une pensée pour lui. Quand je fais des activités, on y pense moins, mais dès qu'il y a un moment de répit dans la journée ça remonte à la surface."

"Je ne pourrais pas dire que je suis une victime : on est conscient des risques avec l'alcool, mais ça n'empêche pas de franchir ces risques. Je me considère plus coupable que victime", assure encore David. "A chaque fois, dans le village, quand on me regarde, j'ai l'impression qu'on me regarde en tant que meurtrier : ce n'est pas évident. Moi je me considère comme [un meurtrier], mais pour ma famille, mes amis proches ou ceux avec qui je fais la prévention, eux ne me considèrent pas du tout comme tel", conclut le jeune homme.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

SUR LA ROUTE - Mortalité routière : hausse de 28 % en mars

L’IDÉE - Routes : la vitesse limitée à 80 km/h ?

PRUDENCE - La somnolence fait 800 morts par an