"Je l'ai tous les jours devant les yeux"

  • A
  • A
"Je l'ai tous les jours devant les yeux"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Elodie, réanimée à la naissance contre l’avis des parents, est depuis handicapée. Sa mère témoigne.

Vingt-huit ans qu’Annie Amouriq attend une telle issue. La mère d’Elodie, 28 ans, handicapée moteur et cérébrale à 100 %, a récemment obtenu gain de cause devant la cour administrative de Bordeaux, qui a condamné l’hôpital de Châteauroux à l’indemniser pour le handicap de sa fille.

L’affaire débute dans la nuit du 11 au 12 août 1982. Annie accouche à l’hôpital de Châteauroux, mais la naissance tourne au drame. Quand Elodie naît, elle est en arrêt cardiaque.

"Il n'y a pas eu le suivi voulu"

Suite à l'avis du pédiatre, "mon enfant a été réanimée, mon mari s'est opposé à cette réanimation", se souvient Annie Amouriq. Finalement, Elodie reprend vie, mais le médecin avertit d’emblée Annie et son mari qu’elle aura des séquelles lourdes.

"Il n'y a pas eu le suivi voulu sur une maman qui dépassait le terme", accuse-t-elle :

1,3 million d’euros à verser

Elodie a grandi sans marcher, sans parler, sans même voir. Sa mère est obligée de l’assister au quotidien, car la jeune femme ne peut pas faire le moindre geste seule. Et il n’y a aucun espoir d’amélioration. Il y a dix ans, le mari d’Annie, à bout de forces, est décédé d’une crise cardiaque. C’est alors qu’elle a décidé de porter l’affaire devant la justice pour, dit-elle, pouvoir prodiguer efficacement des soins très coûteux à sa fille.

La cour administrative de Bordeaux a vu dans cet acharnement une faute à même d’entraîner des réparations. L’hôpital doit donc indemniser la famille d’Elodie et la caisse primaire d’assurance maladie de l’Indre à hauteur d’1,3 million d’euros.

L'hôpital fait appel

Malgré la décision de la justice, Annie Amouriq refuse de parler de victoire. "Pour moi il n'y a rien d'autre qui se présente à part la souffrance d'Elodie", déplore-t-elle.

D'autant que l’hôpital de Châteauroux a décidé de porter l’affaire devant le Conseil d’Etat, ultime instance administrative, qui rendra cette fois un avis définitif.