"Je défends DSK comme un sujet de travail"

  • A
  • A
"Je défends DSK comme un sujet de travail"
Michel Taubmann, auteur d'Affaires DSK, la contre-enquête (Editions du Moment), explique sur Europe 1 que ses propos n'engagent que lui.@ MAXPPP
Partagez sur :

EXCLU - Michel Taubmann se défend d’être le biographe officiel de l’ancien patron du FMI.

"Mon enquête à moi. L’enquête journalistique que j’ai faite, ça c’est ma responsabilité". L’auteur de Affaires DSK, la contre-enquête (Editions du Moment) a défendu sur Europe 1 samedi être le biographe officiel de Dominique Strauss-Kahn, alors qu’il est présenté ainsi. "Je suis un journaliste indépendant qui travaille de manière indépendante", a-t-il martelé affirmant que l’ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) n’est pas son "ami".

"Le travail journalistique n’engage que moi"

Et ce, alors que déjà jeudi Dominique Strauss-Kahn a affirmé par voie de communiqué qu’il n’est pas "engagé ni par les écrits, ni par les déclarations ou témoignages de quiconque, souvent inexacts", faisant référence à cet ouvrage. Sur Europe 1, Michel Taubmann a dit être "bien content qu’il mette les choses au point".

"Le travail journalistique n’engage que moi. Si dans mon enquête j’avais trouvé que Dominique Strauss-Kahn avait violé Nafissatou Diallo, je l’aurais dit. Je n’ai aucune raison de cacher la vérité. Par contre, ce que j’écris n’engage que moi. Je ne suis pas son biographe officiel", a insisté Michel Taubmann.

Dans son livre, Michel Taubmann prend la défense de DSK quant à l’affaire qui oppose le socialiste à la femme de chambre Nafissatou Diallo. D’après lui, la guinéenne a été un maillon d'une manipulation montée contre le marie d’Anne Sinclair. "J’ai acquis la conviction que Dominique Strauss-Kahn était innocent", a-t-il expliqué avant de préciser qu’il avait travaillé sur DSK depuis deux ans et qu’il le "défend comme un sujet de travail".

"Je n’ai jamais écrit que DSK déteste les prostituées"

Quant à l’aversion des prostituées qui est abordée dans l’ouvrage, Michel Taubmann a tenu a réaffirmé samedi qu’"il (DSK, ndlr) a tenu ces propos. Ses propos n’engagent que lui. C’est lui qui le dit, ce n’est pas moi". Le journaliste a tenu à rappeler comment se sont déroulés les faits : "moi j’interviewe DSK. Je n’ai jamais écrit que DSK abhorre ou déteste les prostituées. Il le dit. Ecoutons sa parole. Elle me semble sincère. Elle paraît contradictoire avec ce que disent d’autres gens".

Parmi ceux qui accusent Dominique Strauss-Kahn d’avoir eu affaire à des prostituées : Dodo La Saumure. Ce proxénète belge est impliqué dans l’affaire Carton. De sa prison, il a affirmé vendredi au micro d’Europe 1 qu’a moins que l’ancien directeur général du FMI "ne soit vraiment naïf", il savait "pertinemment que (la jeune fille, ndlr) est rémunérée".

Et Michel Taubmann de conclure : "ce que dit Dominique Strauss-Kahn n’engage que lui. Ce que j’écris sous ma plume n’engage que moi".