"J'avais des choses à dire" au président
© CAPTURE VIDEO OUEST FRANCE

TEMOIGNAGE E1 - Nathalie avait interpellé François Hollande mardi. Le chef de l'Etat vient de lui répondre.

L'info. François Hollande a demandé à ses services qu'elle soit reçue à Pôle emploi et qu'on lui propose un contrat. Mais Nathalie l'assure, en interpellant le chef de l'Etat lors de sa visite à La-Roche-sur-Yon mardi, elle voulait simplement attirer l'attention sur la situation des séniors au chômage et pas sur elle en particulier. "C'est ma réalité, mais c'est aussi la réalité de beaucoup de gens", a-t-elle confié sur Europe 1.

"Vous l'interpellerez à l'extérieur". "Je me suis dit qu'il venait à La-Roche-sur-Yon et que c'était l'occasion de pouvoir l'interpeller", explique Nathalie. Mais cette chômeuse n'avait pas prévu que les choses se déroulent comme elles se sont passées. "Je me suis présentée au Pôle Emploi et je leur ai dit pourquoi je venais, que je voulais discuter avec le président, que j'avais des choses à lui dire. Mais le service de sécurité du président m'a dit 'ça ne sera pas possible, vous l'interpellerez à l'extérieur'. C'est pour ça que je l'ai fait comme ça", raconte-t-elle.


"Je l'ai senti gêné". "Je lui ai dit ce que j'avais à dire. Après coup, je me suis dit que c'était un peu court et que j'aurais bien aimé pouvoir discuter plus longuement avec lui, parce que c'était le but de mon intervention. Je voulais discuter et pas l'interpeller", poursuit Nathalie. "Je l'ai senti gêné, dans l'embarras et ce n'était pas du tout mon but. S'il m'avait dit, 'venez avec moi, accompagnez-moi et après ma conférence je vous donne dix minutes pour discuter', on n'en serait pas là maintenant. C'est tout ce que je voulais", ajoute-t-elle.


"Si ça peut me sortir de l'embarras". Jointe par Europe 1 jeudi après-midi, Nathalie n'était pas encore au courant de l'annonce de François Hollande la concernant. Pour autant, la quinquagénaire ne semblait pas particulièrement contente. "Je ne vais pas dire que ça ne me fait pas plaisir. Si ça peut me sortir de l'embarras où je suis, tant mieux. Mais il faut aussi des mesures concrètes du gouvernement pour les autres chômeurs de plus de 50 ans qui sont dans la même situation que moi, c'est important", martèle-t-elle. "Mon but était de faire une généralité et que les politiques s'en inquiètent. On est autant de chômeurs seniors que de jeunes seniors, donc il est temps qu'on s'occupe aussi un peu de nous", rappelle Nathalie encore une fois.