"J'appelle pour revendiquer les attentats"

  • A
  • A
"J'appelle pour revendiquer les attentats"
@ FRANCE 2
Partagez sur :

 Une journaliste de France 24 a reçu mardi un appel de revendication des tueries.

La conversation est gravée dans sa mémoire. Dans la nuit de mardi à mercredi Ebba Kalondoa, rédactrice en chef de France 24, a reçu un appel de Mohamed Merah, l'auteur présumé des sept assassinats de Toulouse et Montauban. Contactée par Europe 1, elle revient sur cette conversation de plus de dix minutes.

Il est alors une heure du matin, la rédactrice en chef vient de terminer son service quand son assistante lui transmet l'appel de Mohamed Merah. "Il m'a dit : 'bonsoir madame, j'appelle pour revendiquer les attentats à Montauban et à Toulouse'", se souvient la journaliste.

"Il était très détaché"

Selon cette dernière, le présumé tueur se montre très clair et très calme. "Il était très à l'aise avec le langage de la violence", commente-t-elle. "Il parlait des actes, il parlait des opérations très techniques, presque militaires. Il disait les cibles, il était très détaché par rapport à l'humanité de ses victimes", a noté la journaliste.

Mohamed Merah a en effet décrit les événements avec une froideur et une précision déconcertante. "Il disait : 'j'ai tiré deux coups pour la première victime, vous pouvez demander à la police parce qu'ils ont dû se demander pourquoi il n'y a pas les douilles sur les lieux, c'est parce que je les ai ramassées.'"

"Il disait qu'il y aurait d'autres attentats"

Le tueur présumé a également évoqué avec la journaliste la fin que pouvait prendre les événements. "Il a dit que deux choses pouvaient l'arrêter : soit on l'attrape et il ira en prison la tête haute, soit il rencontrera la mort avec un sourire", se remémore Ebba Kalondoa.

Mais avant cela, Mohamed Merah envisageait de commettre d'autres attaques. "Il a mis en garde en disant qu'il y aurait d'autres attentats. Il a reparlé de Toulouse, mais aussi de Lyon, Marseille et Paris. Il a répété sans cesse que ce n'était que le début", confie la journaliste.