"J'ai résisté mais il m'a sauté dessus"

  • A
  • A
"J'ai résisté mais il m'a sauté dessus"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - Malgré la loi sur le harcèlement, Catherine ne pourra poursuivre son supérieur.

Le délit n'existe plus et la future loi ne sera pas rétroactive. Avec l'abrogation du texte sur le harcèlement sexuel par le Conseil constitutionnel le 4 mai dernier, Catherine ne pourra pas poursuivre son supérieur hiérarchique. Malgré le nouveau texte, présenté mercredi en Conseil des ministres, les faits ne pourront être requalifiés pour cette quinquagénaire, haut fonctionnaire dans un grand ministère.

"Pendant un an et demi, j'ai résisté à ses propositions mais un jour il m'a sauté dessus. Il le reconnaît dans ses mails. J'ai soixante mails", raconte Catherine au micro d'Europe 1."Il m'a virée de mon poste. Un soir, après que je l'ai perdu, il est venu me dire que si j'en étais là, c'était de ma faute. Je n'avais pas de prime parce que je n'étais pas assez gentille avec lui. C'était parce que j’avais refusé son soutien que j'en étais arrivée là mais qu'il ne tenait qu'à moi, en me tendant les bras et prêt à me consoler. J'étais en larmes et je me suis dit que lui céder, c'était justifier tous ses actes", se souvient la haut-fonctionnaire.

"Si j'en étais là, c'était de ma faute" :



"J'ai résisté mais il m'a sautée dessus"par Europe1fr

Trois ans pour déposer plainte

"J'ai fini par déposer plainte. Il a fallu trois ans. Je me suis présentée devant le juge d’instruction la semaine où le délit a été abrogé par le Conseil constitutionnel", déplore Catherine.

Le vide juridique laissé par l'abrogation de la loi précédente a laissé des centaines de dossiers en souffrance. "Je pense que c'est pousser d'un côté les femmes au suicide. Et de l'autre, cautionner le comportement de ce genre de harceleur", regrette Catherine.

"Je n'ai plus de carrière. Je suis installée dans un bureau entre la photocopieuse, les toilettes et la machine à café, sans fonctions. J'aurais bien aimé avoir des fonctions qui correspondent à toute l'énergie que j'ai employée pour étudier, être créative, prendre des responsabilités et le courage que je mets à faire mon travail. Aujourd'hui, il est complètement méconnu parce que j'ai osé refuser mes faveurs à un hiérarque", conclut-elle.