Islamophobie : un collectif en campagne
© CCIF 2012

Le Collectif contre l'Islamophobie en France lance une campagne pour "déconstruire les clichés".

Un couple tient ses deux fillettes sur ses genoux et les observe en souriant. La famille semble épanouie. Un détail : la femme est voilée. Elle est bretonne, enseignante et s'est convertie à l'islam. Cette image fait partie des trois affiches qui sont apparues au bord du périphérique parisien depuis le 31 octobre. Elle est l'un des supports de la campagne lancée par le Collectif contre l'Islamophobie en France (CCIF). Objectif : "ouvrir le dialogue" et surtout "déconstruire les clichés" sur les musulmans en France.

03.11 spot islamophobie

© CCIF

Le message est dans le nom de cette campagne : "Nous (aussi) sommes la Nation". Les musulmans font partie, eux aussi, de la société française "par naissance, mais aussi par leur sentiment d’appartenance, par leur contribution quotidienne et historique à la vie du pays", explique le CCIF sur son site. Et de rappeler : "L’islamophobie n’est pas une opinion, c’est un délit". 

Le spot publicitaire principal de la campagne :


Une "explosion des actes islamophobes"

A l'origine de cette campagne, une "explosion des actes islamophobes", explique le CCIF : "Il y a une hausse de 58% par rapport à l'année précédente. Pour 2011, on a enregistré 298 actes de violences et de discriminations", détaille Marwan Muhammad, porte-parole du CCIF au micro d'Europe 1. A cela s'ajoute une "aggravation des faits" : "On avait jusqu'ici des violences verbales, poursuit-il. On a désormais beaucoup de violences physiques, y compris envers des institutions, des profanations et des mosquées dégradées… Pour nous, c'était vraiment le moment décisif pour lancer une campagne."

Avec un budget – restreint – de 70.000 euros, la campagne se décline également sur un site Internet dédié, sur les réseaux sociaux, dans des opérations de "street-marketing" ou encore à la radio. Europe 1 est l'une des deux stations, avec Beur FM, à diffuser un spot à partir du samedi 4 novembre. Le CCIF organise aussi une série de conférences en France, ainsi qu'à Londres ce week-end pour donner une envergure européenne au projet. Ce marathon d'un mois veut "dépasser les discours [et] convoquer, dans l'opinion publique, une prise de conscience sur une réalité souvent difficile", l'islamophobie. Le pari est ambitieux.