Irrité par les gens du voyage, il ferme sa mairie

  • A
  • A
Irrité par les gens du voyage, il ferme sa mairie
@ Capture écran YouTube
Partagez sur :

Un maire vendéen a pris cette décision pour protester contre la répétition des campements illégaux.

L’INFO. Il a décidé de prendre une mesure choc pour faire entendre sa colère. Jean-Yves Burnaud , le maire de Château-d'Olonne, en Vendée, a fermé mercredi les portes de sa mairie au public jusqu'à jeudi soir pour protester contre la répétition des campements illégaux de gens du voyage. Ces derniers sont liés aux missions évangéliques protestantes qui se déplacent durant l’été pour prêcher.

Sept campements illégaux en deux mois. Fermant symboliquement les portes de sa mairie lors d'une conférence de presse en fin de matinée, Jean-Yves Burnaud (divers droite), soutenu par Louis Guesdon, le maire UMP des Sables-d'Olonne, a affirmé que sa commune avait subi sept campements illégaux en deux mois. Des affiches indiquant "Ras-le-bol des stationnements illicites" ont été placardées sur les volets clos de l'édifice municipal. Entouré d'une trentaine d'élus et de citoyens, Jean-Yves Burnaud, arborant son écharpe tricolore, a affirmé être en règle avec la loi et disposer sur sa commune d'une aire de grand passage aux normes.

"Montrer que nous sommes excédés par cette attitude" :

Une aire insalubre. Des échanges, tendus à plusieurs reprises, ont alors eu lieu entre le petit groupe de personnes venues soutenir le maire et le pasteur de la mission évangélique d'une centaine de caravanes actuellement installée illégalement, Frédéric Dupille. Venu seul s'expliquer, il a indiqué que son groupe s'était installé dans un champ en sortie de village au lieu de l'aire de grand passage parce que cette dernière était insalubre.

"On nous fait passer des vessies pour des lanternes" :

Des risques d’incendie. Située à la sortie du village, cette aire est recouverte d'une couche de broussaille piquante très sèche passée au rouleau, entraînant des risques d'incendie. Une benne à ordures à ciel ouvert dégageait une odeur pestilentielle, et un petit groupe de gens du voyage installés sur place, en dehors d'une mission évangélique, a expliqué avoir demandé à la commune à plusieurs reprises, en vain, l'enlèvement de ces ordures.

Un dialogue de sourd. "Cette aire de grand passage, c'est une porcherie, vous n'y promèneriez pas votre chien", a expliqué le pasteur au maire. "Je viens de Limoges, Brive, Dax, il y a des aires de grand passage et ça se passe très bien", a-t-il souligné. "Il y a une situation illégale et, nous, on peut plus la supporter", a opposé de son côté le maire de Château-d'Olonne en clôturant sa conférence de presse, applaudi à plusieurs reprises par ses soutiens.