Internet : votre patron vous surveille

  • A
  • A
Internet : votre patron vous surveille
@ MAXPPP
Partagez sur :

De nombreux patrons ont recours à des "mouchards" pour tracer leurs salariés sur le web.

Twitter, Facebook, Youtube, MSN. Les tentations sont nombreuses au travail pour passer des heures à traîner sur le net plutôt que de travailler. Mais attention, certains patrons ont recours à des logiciels de traçage pour savoir ce que font leurs salariés sur le web. Et ils sont de plus en plus nombreux à investir dans ces programmes espions, pour le plus grand bonheur d’une petite société informatique installée à Montargis dans le Loiret.

Mots-clefs, capture d'écran

Planète informatique, crée par David Damour, commercialise depuis peu "Perfect Surveillance Tools", un logiciel américain, dont l’informaticien de 26 ans vient de racheter les droits. Moyennant 940 euros, un chef d’entreprise peut suivre précisément les activités de ses salariés sur Internet, pendant ses heures de travail.

Le concept est simple, une fois installé sur un ordinateur, le "mouchard" enregistre les sites consultés par l’utilisateur, fait des captures d’écran et va même jusqu’à envoyer des mots-clefs interdits lorsqu’un employé les saisis dans un moteur de recherche. Le tout est ensuite indexé dans un "dossier personnalisé" que le patron reçoit quotidiennement par mail.

"Quand un salarié tape "Facebook", l'employeur reçoit aussitôt une alerte", explique David Damour :

Choquant, mais pas illégal

La société Planète informatique a même créé un site internet intitulé surveillermonsalarié.com, sur lequel sont expliqués le concept, les avantages pour l’entreprise et le fonctionnement du logiciel espion, pour que rien n’échappe au patron.

Un véritable système à la "big brother" qui peut choquer mais qui est, pour le moment, légal. Car si les patrons informent les employés de la présence du mouchard dans leur ordinateur, le droit du travail ne dispose pas de réglementation adaptée pour pénaliser cette pratique. Par ailleurs, David Damour affirme avoir reçu l’autorisation de la CNIL (la Commission nationale de l'informatique et des libertés), compétente en matière de respect de la vie privée sur Internet, pour son logiciel espion.