INFO E1 - Intérim : l’industrie et le BTP à la peine

  • A
  • A
INFO E1 - Intérim : l’industrie et le BTP à la peine
: Les secteurs de l’industrie et du BTP ont employé moins d’intérimaires en janvier, pour le second mois consécutif.@ MAXPPP
Partagez sur :

L’emploi intérimaire a accusé un nouveau repli en janvier de 3,9%.

L’année 2012 débute mal. Après un nouveau rebond du chômage en janvier, c’est l’emploi intérimaire qui enregistre une forte baisse. Le travail temporaire, considéré comme un indicateur avancé du marché du travail, accuse ainsi un repli de 3,9% en janvier 2012 par rapport à janvier 2011. C’est ce qu’indique le baromètre Prisme emploi, du nom de la fédération professionnelle qui regroupe les entreprises de travail temporaire et qu’Europe 1 s’est procuré en avant-première.

L’industrie et le BTP aussi touchés

La situation n’est pas nouvelle, car les effectifs intérimaires décroissent depuis le mois d’octobre. Le commerce, les transports et les services étaient jusqu’à maintenant les principaux touchés. En janvier, le nombre d’intérimaires a reculé respectivement de 7,3%, 4,8% et 5% en janvier.

Mais jusqu’à décembre dernier, le travail temporaire restait massif dans l’industrie et le BTP (bâtiment et travaux publics). Dans ces deux secteurs d’activité - qui sont les deux grands clients habituels du travail temporaire -, il a décroché fin 2011 et en janvier, avec une baisse de personnel en intérim respective de -3,4% et -1,3%. Ce repli rompt avec une tendance à la hausse qui s'est déclenchée après la première crise économique, il y a près de deux ans, et qui depuis ne s'est jamais démentie.

Le secteur automobile fortement touché

Pour autant, cette rupture ne se vérifie pas dans tous les domaines. Le baromètre pointe du doigt certaines régions, spécialisées dans des secteurs d’activités. Ainsi en Franche-Comté, où est implantée l’usine de PSA Peugeot-Citroën actuellement en difficulté, le nombre d’intérimaires dévisse de 11%. Tandis qu’en Midi-Pyrénées, région spécialisée dans l’aéronautique, les effectifs de travailleurs temporaires sont en hausse de 13%. Ce rebond dans la région toulousaine est du, semble-t-il, à Airbus et aux carnets de commande bien remplis pour le constructeur européen.

Reste que les effectifs d’intérimaires varient également en fonction de la qualification des travailleurs temporaires. L’enquête Prisme emploi note ainsi que les cadres et les professions intérimaires continuent de progresser de 5,3%, tout comme les ouvriers qualifiés (0,3%). Par contre, les ouvriers non qualifiés (-8,5%) et les employés intérimaires (-10,2%) subissent la crise de plein fouet : ils se font de plus en plus rare.