Incendie d'Aubervilliers : le héros obtient un titre de séjour

  • A
  • A
Incendie d'Aubervilliers : le héros obtient un titre de séjour
@ LE PARISIEN CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

RECONNAISSANCE - Mohssen, jeune Tunisien sans-papiers, avait sauvé des flammes plusieurs de ses voisins.

Courage. "J'ai fait ce qu'il fallait faire", avait simplement dit Mohssen, jeune Tunisien sans-papiers, après avoir sauvé des flammes plusieurs de ses voisins d’un incendie dans un immeuble d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, qui a fait trois morts au total. Mardi, ce jeune homme a été reçu en préfecture, à Bobigny. Il a obtenu "un récépissé, titre de séjour provisoire qui lui permet notamment de travailler et de bénéficier d’un accès aux soins en France", annonce le Parisien dans son édition de mercredi.

Son récit. "Je suis sorti et tous les couloirs étaient plongés dans le noir. On n'y voyait absolument rien", s'était souvenu Mohssen au micro d'Europe 1. "Je suis descendu jusqu'au deuxième et j'ai entendu mes voisins qui criaient. J'ai tapé sur toutes les portes pour en sauver le maximum", avait-il raconté. "Je suis allé au sixième pour y trouver un ami. J'ai cassé sa porte et il m'a demandé ce qu'il se passait et si on allait mourir. Je lui ai répondu : 't'inquiète, viens avec moi '", poursuivait Mohssen au moment des faits. Le jeune Tunisien s'était dirigé ensuite vers un dernier appartement. "Je suis allé chercher une Algérienne et ses deux filles. J'ai cassé sa porte et je lui ai dit : 'n'aie pas peur on va tous être sauvés'". Pour s'en sortir, Mossen n’avait plus qu'une option : "j'ai cassé la fenêtre et on s'est sauvé par l'échafaudage comme des singes. S'il n'y avait pas eu l'échafaudage, on serait tous morts".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

TEMOIGNAGE E1 - Mohssen, héros d'Aubervilliers : "j'ai fait ce qu'il fallait faire"

TÉMOIGNAGE E1 - Aubervilliers : le suspect de 12 ans "sûrement influencé"

LE POINT DE VUE DE - Aubervilliers : "la justice n'est pas laxiste"

JUSTICE - Incendie d'Aubervilliers : que risquent les enfants arrêtés ?