Immigration : l'heure du bilan pour Guéant

  • A
  • A
Immigration : l'heure du bilan pour Guéant
Le ministre de l'Intérieur a battu le record d'expulsions, un de ses objectifs.@ REUTERS
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur doit présenter mardi ses résultats de l'année.

Accusé par Marine Le Pen de "mensonges" sur les étrangers accueillis par la France en 2011, Claude Guéant entend prouver qu'il a été efficace. Le ministre de l'Intérieur présentera mardi ses résultats de l'année. Selon lui, deux objectifs ont été atteints : réduire l'immigration régulière et battre le record des expulsions.

Passe d'armes entre Guéant et Le Pen

Arrivé en février 2011 place Beauvau, Claude Guéant dévoile son bilan un peu plus de trois mois avant la présidentielle, où le sujet sensible de l'immigration sera un des thèmes majeurs. Le ton perce déjà à travers des propos vifs échangés la semaine dernière avec la présidente du FN qui l'a accusé, lors de ses voeux, de se livrer à une "publicité mensongère" pour dissimuler une "explosion de chiffres comme jamais". "Cette critique procède tout à la fois du mensonge, de l’amalgame, et de l’invention pure et simple", a répliqué Claude Guéant en estimant que "Madame Le Pen ne formule aucune proposition concrète en matière d’immigration".

Le nombre de Tunisiens expulsés explose

"Le nombre des premiers titres de séjour est passé de 188.262 en 2000 à 189.455 en 2010 et, selon les premières données disponibles, à 182.595 en 2011", soit "une baisse de 3,6% enregistrée entre 2010 et 2011", détaille d'ores et déjà le communiqué du ministère. "En 2011, 9.154 ressortissants étrangers ont été autorisés à venir en France dans le but d'y exercer une activité professionnelle contre 12.404 en 2010, soit une baisse de 26%", précise encore Claude Guéant dans ce document officiel.

Quant au nombre d'expulsions, il serait passé de 9.000 en 2001 à 29.000 en 2008 sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, même si 80% des décisions ne sont pas exécutées, notamment en raison du refus des pays d'origine de délivrer des laisser-passer consulaires. Avec le "printemps arabe", le nombre d'arrivées irrégulières a explosé, notamment avec l'entrée des Tunisiens qui ont transité par l'Italie. Selon une étude parue dans le dernier numéro des Cahiers de la sécurité - édité par l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice -, le nombre de Tunisiens arrêtés à la frontière franco-italienne en 2011 a bondi de 1.789%, un "chiffre digne d'une révolution". Leur renvoi vers l'Italie ou leur pays, moyennant parfois une aide financière, devrait permettre à Claude Guéant de dépasser le record historique de 30.000 reconduites à la frontière.