Images pédophiles : le procès d'un général

  • A
  • A
Images pédophiles : le procès d'un général
R.G.@ MAXPPP
Partagez sur :

Ce général d'armée 5 étoiles est jugé mardi par le tribunal correctionnel de Paris.

Soupçonné d'avoir eu en sa possession plusieurs milliers de photos pédo-pornographiques, le général d'armée (5 étoiles) R.G., ancien chef du cabinet militaire des ministres Charles Millon et Alain Richard, est jugé mardi par le tribunal correctionnel de Paris.

Son avocat Me Olivier Schnerb a refusé d'indiquer si son client serait présent ou non à l'audience. "Le secret professionnel m'interdit de révéler cette information", s'est-il borné à déclarer.

Une affaire qui débute en 2006

Ancien chef du Service d'information et de relations publiques des armées (Sirpa), le général R.G., 68 ans, a été renvoyé en correctionnelle le 9 octobre par la juge d'instruction Géraldine Rigollot pour "détention d'images pédo-pornographiques", un délit passible d'une peine de deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Les policiers français avaient été alertés en 2006 via Interpol par leurs homologues autrichiens qui étaient parvenus à identifier l'adresse internet de R.G. sur laquelle avaient été importées des vidéos à caractère pédophile depuis un site autrichien.

En perquisitionnant le domicile et en saisissant l'ordinateur du général, également ancien directeur de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), les policiers avaient mis la main sur environ 3.000 photos mettant en scène des enfants âgés de six mois à 12 ans. Selon une source judiciaire, le militaire a reconnu les faits au cours de ses auditions par la juge, et s'est dit prêt à s'engager dans une démarche thérapeutique.

Commandeur de la Légion d'honneur

Diplômé de Saint-Cyr, le général R.G. a notamment commandé le 2e régiment étranger de parachutistes. Il a également été sous-chef des opérations à l'état-major des Armées. Commandeur de la Légion d'honneur, le gradé a été membre des cabinets des anciens ministres de la Défense André Giraud et Jean-Pierre Chevènement, avant de diriger les cabinets militaires de leurs successeurs Charles Millon et Alain Richard.