Ils "séquestrent" leur proviseur adoré

  • A
  • A
Ils "séquestrent" leur proviseur adoré
Un collectif du lycée Boissy d’Anglas, en Ardèche, a décidé mercredi d'enchaîner, pendant quelques minutes et dans la bonne humeur, un proviseur pour s'opposer à sa mutation (photo d'archive)@ MAX PPP
Partagez sur :

Un collectif s’est monté en Ardèche pour s’opposer à la mutation annoncée d’un proviseur.

Ils ont opté pour un mode d'action original. Un collectif d'enseignants, d'élèves et de parents d'élèves du lycée Boissy d’Anglas, à Annonay a décidé mercredi d'enchaîner, pendant quelques minutes et dans la bonne humeur, un proviseur en Ardèche. L’objectif ? Protester contre sa mutation prochaine en Isère.

Le 27 avril dernier, dans une lettre adressée au rectorat, le collectif avait déjà fait part de son "étonnement" et de son "désarroi" en apprenant la mutation Daniel Gaudin, souhaitée par sa hiérarchie. Face à l’absence de réaction de l’Education nationale, le collectif a donc décidé de mener cette action symbolique.

Un proviseur apprécié

De son côté, le proviseur s'est prêté de bonne grâce à ce simulacre de séquestration. "Dès mon arrivée, j’ai cru à tort que ce serait mon dernier poste avant la retraite d’où la déception à l’annonce de ma mutation", a-t-il fait valoir au journal Le Dauphiné.

D’autant que le proviseur, arrivé en novembre dernier dans un établissement en crise,  a su se faire apprécier. "Il a permis à l’établissement de retrouver sa sérénité, il a rétabli un climat d’écoute et de confiance", a ainsi confié un enseignant au journal Le Dauphiné.

Alors, si jusqu’à présent le mouvement a gardé une tournure bon enfant, les manifestants n’excluent pas de durcir le ton s’ils n’obtiennent pas le maintien de Daniel Gaudin au lycée Boissy d’Anglas. Avec une séquestration bien réelle cette fois ?