Ils passeront le bac en prison

  • A
  • A
Ils passeront le bac en prison
@ MAXPPP
Partagez sur :

REPORTAGE - Europe 1 a rencontré 4 détenus à la maison d’arrêt du Mans. Jeudi, ils passeront le bac.

A deux jours du coup d’envoi du baccalauréat, comme les autres candidats, ils révisent. A la maison d’arrêt du Mans, Thomas, Matthieu, Malik et Karim, quatre détenus, s’apprêtent à passer le bac. Agés de 25 à 29 ans ces quatre jeunes hommes ont en commun la même volonté de décrocher le bac, un bac professionnel.

Pour "relever la tête"

"C’est surtout pour montrer - même si on est là parce qu’on a commis des erreurs - qu’on n’est pas des moins que rien. Tout le monde peut commettre des erreurs dans sa vie. Après on peut relever la tête et ne pas sombrer", explique l’un d’entre eux, tandis que l’un de ses camarades estime : "quand la juge voit ton dossier et qu’elle voit ton relevé de notes du bac, c’est bien !".

Thomas, Matthieu, Malik, Karim ont tous leurs propres motivations :





Le bac "pour relever" la têtepar Europe1fr

Comment se passent leurs révisions à la prison du Mans ? Comme dans toutes les maisons d’arrêt, il y a un bâtiment scolaire. Mais, les prisonniers n’y sont détachés que quelques heures par semaine. Ainsi - alors qu’un élève de terminale a en moyenne 35 heures de cours par semaine - les prisonniers n’en ont que 3 ou 5 maximum.

Leurs cours sont, en effet, assurés par des professeurs de l'Education nationale, qui ne sont détachés que quelques heures par semaine à la maison d'arrêt. De fait, au Mans par exemple, les candidats n'ont eu qu'une heure de maths par semaine.

"En prison, il n’y a pas de fraude"

Jeudi matin, Thomas, Matthieu, Malik, Karim passeront le bac à la maison d’arrêt du Mans. "Ils seront fouillés à l’entrée", explique la responsable de l'enseignement Danielle Cambier avant d’ajouter : "et comme ils sont peu, il sera facile de les surveiller. En prison, il n’y a pas de fraude".

Les copies des détenus seront ensuite envoyées dans un centre d'examen. Les correcteurs ne sauront pas qu'ils ont entre les mains le travail d'un détenu.

L'an dernier, en France, sur les 50 prisonniers qui ont passé le bac dans l'ouest de la France, 15 d'entre eux l'ont décroché. Le taux de réussite au bac en prison s’élève à 35 %, contre plus de 85 % pour les candidats qui suivent une scolarité classique.

Passer le baccalauréat pour des détenus constitue un espoir de voir leur peine réduite.