"Ils me voyaient comme un boulet"

  • A
  • A
"Ils me voyaient comme un boulet"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Pour la 3e journée de refus de l'échec scolaire, l'accent est mis sur la souffrance à l'école.

Pression, maux de ventre, phobie... L'école n'est pas une partie de plaisir pour tous les enfants. Pour la troisième journée de refus de l'échec scolaire, l'Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev), qui l'organise l'a placée sous le signe de la souffrance à l'école.

"On sait que l'échec scolaire provoque de la souffrance, mais à l'inverse, est-ce que la souffrance scolaire n'est pas aussi un élément déclencheur de l'échec ?", demande Eunice Mangado-Lunetta, déléguée nationale à l'éducation à l'Afev, qui regroupe 7.500 étudiants aidant bénévolement 10.000 enfants scolarisés dans le système d'éducation prioritaire.

Shemz, un collégien de 15 ans, a longtemps été considéré par ses professeurs comme un élève fainéant alors qu'il avait juste du mal à suivre. Il s'est senti abandonné par les enseignants qui le reléguaient au fond de la classe au lieu de le soutenir.

"Ils me voyaient comme un boulet" :

Le collégien est désormais suivi par un étudiant bénévole de l'Afev. Avec Aymeric, Shmez fait ses devoir, revoit les leçons difficiles et parle beaucoup de l'école. Une attention particulière que Shemz n'a pas reçu au collège, et qui fait toute la différence pour Aymeric.

"C'est un élève très intelligent" :

L'an dernier, 66% des jeunes interrogés disaient ne pas aimer, ou aimer un peu seulement, aller à l'école. Cette année, 40% ont de temps en temps voire très souvent du mal à s'endormir en pensant à l'école ou au collège.