"Ils contrôlaient notre état psychologique"

  • A
  • A
Partagez sur :

Magali et Sandrine, filles de deux victimes de l’attentat, dénoncent l’opacité de l’enquête.

Propos recueillis par Guillaume Cahour.